Marble Sounds :: Tautou

Marbles sound

Il fait froid ce matin mais le soleil tient bon. Il illumine la fine couche de neige qui couvre encore les trottoirs et tu as bu un peu trop d’amaretto hier soir. Il serait bienvenu que tu ailles chercher le pain à pied. Ta boulangerie préférée n’est pas tout près. Peu importe. Et justement. Ça va te faire du bien. Marcher. Respirer. En musique, si possible. Tu laces tes chaussures, coiffes ton bonnet Mogwai puis places ton casque sur les oreilles. Tu choisis d’écouter une recommandation Spotify. Le troisième album d’un groupe belge, Marble Sounds. La pochette est signée Eugène et Louise, un duo d’illustrateurs graphistes, belges, eux-aussi. Sur fond gris, derrière des arbres stylisés, une lune ou un soleil, c’est vous qui voyez, avec un nez, des yeux et une bouche. Peut-être qu’il ou elle se cache, peut-être qu’il ou elle s’apprête à sortir de sa cachette. Peu importe. Chacun ressent comme il veut. Tu enclenches la touche play de ton smartphone et le place dans ta poche arrière droite. La balade commence. « Tautou » t’accompagne. Le coton du bonnet entre ton casque et tes oreilles joue les balais de batterie. Il diffuse une voix masculine, chaleureuse, réconfortante, pas sirupeuse. Du piano. Une batterie gracile. Des cordes. Juste ce qu’il faut. Une mélodie qui se déploie doucement. Belle entrée en matière. Puis une seconde chanson plus immédiate, très pop, au refrain accrocheur, pas racoleur. De célestes arrangements de flûte sur la troisième. Dix chansons lumineuses plus tard, parfois aérées de voix féminines et de paroles en français, ce disque te semble parti pour durer. C’est ton premier coup de cœur de 2016. Une évidence. Tu vas commander le vinyle. Et puis tu vas en écrire une petite chronique. Où tu encourages fortement le lecteur à l’écouter, ce joli disque hivernal qui a oublié d’être froid et sera probablement encore à ses côtés ce printemps, cet été et puis l’automne et l’hiver prochains. Parce que des albums aussi délicatement troussés, aussi immédiatement familiers mais dont on sait qu’ils ont encore des choses à révéler, il n’en sort pas tous les jours. D’ailleurs, tu vas le réécouter tout de suite. En boucle.

Arnaud

casque1