Duchess Says « In A Fang Day T ! »

Duchess says cover images
Nés des cendres de Radio Laundromat, les montréalais de Duchess Says sont reconnus depuis 2003 pour leur moog rock énergique et leurs prestations explosives grâce entre autres à la charismatique Annie-Claude Deschênes. Instigateurs et membres autoproclamés de l’Eglise des Perruches (The Church Of Budgerigars dans le texte), ces quatre Canadiens ont pour objectif d’être les porte-paroles musicaux de la Duchesse Perruche. Avec un goût prononcé pour le prosélytisme punk, Duchess Says nous convoque à des célébrations païennes et tente de convertir à sa cause de nombreux fans. In A Fang Day T !, suite logique de Anthologie des 3 Perchoirs est bien parti pour agrandir le nombre d’adeptes.

Sauvage, abrasif et hypnotique comme un prêche de Charles Manson, Duchess Says mène la danse en enquillant les tubes electro-punk dont le seul but est de vous mettre des fourmis dans les jambes. D’emblée, Annie-Claude Deschênes s’impose en prêtresse en clamant « This Is The Church Of Budgerigars » (Antepoc). Devant une version punk de Kas Product, on se surprend à danser sur des rythmes sur lesquels on n’aurait jamais pensé. Notamment sur le très sonique (Youth) Mayakovky et sur la basse froide et martelée de Narcisse, montrant par la même occasion ce qu’aurait pu faire Peter Hook s’il s’était énervé sur son manche. Exténué et aliéné par ces danses frénétiques, tout redevient normal avec le bluesy Yellow Pellow, lâché en bouquet final comme un cri de loup.

Il paraît que Duchess Says est un groupe à voir en live. A l’écoute d’In A Fang Day T !, on ne peut qu’acquiescer cette évidence.

Site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.