Cucumber « The French Job »

Cucumber

Au palmarès des noms de groupes les plus délurés, Cucumber (concombre en français) aurait certainement une bonne place parmi ceux déjà croisés. Mais, à l’inverse du goût insipide et plein d’eau que peut avoir le légume, la musique de Cucumber met de la couleur dans votre vie et la banane à vos lèvres. Sorte de croisement entre Brian Auger et Bentley Rythm Ace ou encore entre  André Brasseur et les Properllerheads, Cucumber, avec son instrumentation vintage, tire ses rythmes des meilleurs films blaxploitation et Swinging London de Chapeau Melon et Bottes de Cuirs. Loin d’être des inconnus, les membres du groupe ont déjà officié dans des groupes tels que The Strawberry Smell, The Cryptones, Pony Taylor et Stereoscope Jerk Explosion et s’unissent pour mitonner une recette des plus détonante au sein de Cucumber. Chaque morceau de The French Job est plus épicé que l’autre et rebondit jusqu’à vous faire lever de votre sofa en velours vert estampillé 70’s. Dès les premières notes de 12 Lightyears Per Hour, on a l’impression d’être dans une course poursuite dans les rues de San Francisco avec Lalo Schifrin à la radio. Tarantinesques, les seize titres vous offrent un billet pour une pulp fiction inoubliable. Le seul moment de répit est donné avec Sadurday, véritable bouffée d’Air dans un album joué sur les chapeaux de roues. Attention, ne vous y trompez pas, vous n’êtes pas dans une fiction, mais bel et bien en 2012. Devant ces frenchy, David Holmes et ses B.O n’ont qu’à bien se tenir car il est fort à parier que Steven Soderbergh risque un beau jour des les appeler pour mettre en son un prochain film.

Site