Yellow King

yellowking

Que font certains membres de Twin Pricks, Poincaré, My Lovely Underground, CRCV, DR Geo, S8N…lorsqu’ils ne jouent pas dans leur formation originelle ? Eh bien ils forment un nouveau groupe.  Musiciens stakhanovistes, Florian, Geoffrey, Julien, Maxime et les deux frères, Max et Jimane sont  toujours avides de nouvelles sensations auditives et viennent de sortir leur premier vinyle sous le nom de Yellow King.

Chaque groupe est prétexte à explorer de nouveaux styles musicaux. Finis ici les expérimentations et le blues de DR GEO, le bruit assourdissant de Poincaré, le folk de S8N, la pop synthétique de CRCV et la pop indé de Twin Pricks. Le seul groupe qui pourrait un tant soit peu se rapprocher de Yellow King est My Lovely Underground grâce à leurs influences communes. Ici nous baignons  au milieu de trois perles psyché-pop remuées par l’écume d’un rock fuzzé. Dim Figures commence avec un riff mutin tout en ligne claire pour mieux nous laisser ensuite face à  des déflagrations tout en distorsions. « The Calling » est un envoutement shamanique à la manière de Can. Le chant rappelle parfois celui de Damo Suzuki. Ces deux premiers titres ne sont rien comparés au sommet « My Heart Is A Bottomless Pit ». Introduction Hendrixienne, chœurs rappelant ceux de « Cargo Culte » dans Melody Nelson (en fait c’est un clin d’œil à 14 :13 et leur morceau « Dennis Hooper »), duel de solos de guitares dans un raffut psyché-gaze… Tout ici est mis en place pour que l’on mette les genoux à terre comme des simples vassaux au service de ces rois jaunes. À chaque écoute de ce titre, c’est une montée de frissons qui nous parcourent.

Cette association d’électrons libres de la scène messine fait une nouvelle fois des étincelles. Yellow King fait mal et enterre tout ce qui peut se faire dans le même genre. Ce premier disque bénéficie de l’énergie et de l’honnêteté qui manquent souvent dans certains albums encensés actuellement. Mais trois titres c’est trop peu pour un disque incroyable aussi bien dans son fond que dans sa forme (splendide vinyle… jaune avec une face ornée de l’image de la pochette). Alors pour la prochaine fois, remuez-vous l’arrière train les gars et offrez-nous un véritable album.

Damien

Bandcamp