Wolves & Moons « Brother »

Wolvesmoons-cover-EP-Brother1
Les groupes folk se suivent et se ressemblent beaucoup. A
vrai dire, une certaine lassitude s’installait lorsque l’on découvrait de
nouveaux venus. Mais parfois, dans la pléthore de groupes à chemise de bucheron
qu’il nous est donné d’écouter, certains sortent du lot. Est-ce parce qu’ils
nous rappellent des sons que nous avons déjà entendus et aimés par-dessus tout
ou est-ce parce qu’ils dégagent une certaine singularité ? Le second EP de
Wolves & Moons répond aux deux questions à la fois.

Wolves & Moons est un groupe franco-anglais formé en 2011
autour de Richard Allen, jeune anglais (ressemblant à Daevid Allen de
Gong)  aux cheveux longs et aux idées
toutes aussi longues.

Avec les quatre nouveaux morceaux de Brother,
Wolves & Moons « chante l’amour, la beauté de la nature, les belles
choses de la vie à travers des textes poétiques parfois teintés de
mélancolies 
». Ils réussissent à nous faire voyager avec leur Americana héritière
des grands classiques du folk. On pense obligatoirement à David Crosby, à
Graham Nash mais aussi à des groupes plus proches de nous comme Fleet Foxes ou
The Dodos.

"Brother" et "Sick & Tired" donnent l’envie sauvage de
monter sur son cheval et partir courir les grandes étendues de l’ouest américain,
éclairé par la lune et guidé par les cris des loups. "Dreamer" aurait très bien
pu figurer sur l’énormissime If I Could Remember My Name de qui vous savez.
Mais le meilleur de Wolves & Moons se situe en fin de disque "At The Time". Un
titre bercé par le raffinement mélodique à mi chemin entre The Dodos et Grizzly
Bear. L’envie de partir très loin provoqué par le premier titre de l’EP se
réalise enfin. Grâce à l’ineffable impression de légèreté.

Passeur et enjoliveur d’un patrimoine folk délavé d’avoir
trop été joué, Wolves & Moons réussit le tour de force de redorer le
blason d’un style qui avait perdu sa pureté et sa limpidité depuis trop
longtemps.

Site