Wild Raccoon :: Half Pine Cone

wild-raccoon-electrophone

Dans quelques décennies, quand certains rock critics et autres historiens pop français auront à parler des groupes psychés garages français, ils n’auront pas à rougir lorsqu’il faudra comparer les formations hexagonales aux autres groupes internationaux.

En effet, après tout ce qui nous vient d’outre-Atlantique, la scène garage la plus excitante reste celle de notre beau pays la France. Et s’il y a bien un label que l’ont doit remercier pour cet état de fait, c’est bien Howlin Banana et son fabuleux catalogue.

Et le petit dernier arrivé dans le catalogue déjà bien fourni du label parisien est notre procyonidé préféré : Wild Raccoon.

Deuxième album en deux ans pour le Lillois qui signe avec Half Pine Cone un nouveau fait d’armes de haute volée. Si l’on en croit la pochette, Wild Raccoon semble vouloir sortir du bois et partir à la rencontre des petits oiseaux. À la différence de Mount Break qui avait révélé l’animal sauvage, ce deuxième album  ne possède pas le côté punk du premier LP. Et cela est parfaitement perceptible dès l’entame de l’album. « Sasquatch Arms » n’aurait pas eu sa place dans Mount Break.

Half Pine Cone permet à Wild Raccoon d’oser des choses, d’aller plus loin dans la sauvagerie et l’animalité tout en diversifiant les intensités et les atmosphères. L’objectif est clairement différent. Le blondinet s’autorise même une reprise d’ « How Do You Feel »  de Jefferson Airplane.

Quand le premier album nous poussait à claudiquer frénétiquement, celui-ci joue avec nos nerfs et nous transmet une certaine schizophrénie. Moins punk et plus subtilement psychédélique donc. Mais attention, il ne s’agit pas d’aller jusqu’à dire qu’Half Pine Cone est un disque de fumette pour Baba Cool. C’est bel et bien un disque garage comme savent le faire Thee Oh Sees ou encore King Khan & BBQ Show.

Sous ses faux airs de disque psychédélique, Half Pine Cone n’en n’est pas moins un nouvel uppercut de la part de Wild Raccoon.  Et à vrai dire, un peu comme à chaque fois lorsque l’on reçoit un disque d’Howlin Banana Records.

Damien