VIN(YLE) :: Quatre vins et un vinyle pour le 24 !

« Hey gros, tu nous fais un top 20 / vins ?! »

« C’eut été avec plaisir mais le temps que je check mes photos Instagram et que je me tourne de le doigt dans le c** à savoir quelles étaient mes plus belles dégustations de l’année je vous pondrai un article pour la galette des rois ! (et puis j’ai même pas 10 chroniques VINyl à mon compteur alors à quoi ça sert?…) »

Alors quoi de mieux que de parler des vins qui me feraient plaisir de boire le soir du 24, de la manière la plus égocentrique, en oubliant les remontrances du beau-père et les jérémiades de la grand-mère…

« Christmastime is here » et on fait péter les belles bouteilles pour Noël ! Chacun ira de son moelleux pour accompagner son foie gras et son gros rouge du Rhône qui tâche pour accompagner son chapon, mais à la maison le soir du réveillon point de chapon parce qu’il y a encore le 25 à assurer et le 26 (pour ceux qui vivent en Alsace-Moselle) à assurer…

My Christmas wines commenceront par du champagne (oblige) : cuvée Sonate 11 opus 9 de chez Fleury. Ça sonne comme un opus de Bach mais dans mon corps, on est plus sur du Mozart, vif, festif, complexe, avec des souvenirs qui vous restent encore une semaine après. Je vous dis ça parce que je l’ai goûté il y a une semaine avec mes potes des « Caves » (se rebiffent contre le vin conventionnel) et que ça a été une grosse claque ! Un assemblage de Chardonnay (majoritaire) et de Pinot Noir, sans soufre ajouté et « Mama mia » tu t’en souviens encore des semaines plus tard tellement le jus est joyeux et élaboré à la fois.

Parfait pour l’apéro et s’il te reste un peu de ce subtil jus, balance-le sur tes crustacés de début de repas…

Après j’y mettrais un Viré-Clessé « déclassé » de Philippe Valette dans le Mâconnais !

« Et Pourtant » (que la montagne enneigée est belle) est ce qu’il me faut pour accompagner saumon et foie gras, point de sucre résiduel, un léger côté oxydatif, une belle occasion de proposer à tes convives un vin « doré » aromatique et qui par son acidité ne va pas peser dès le début de ton repas de réveillon.

J’ai eu la chance de déguster plusieurs bouteilles (différentes) de Philippe Valette et j’avoue avoir été à chaque fois ému par l’expression qu’il en ressortait. Ça peut paraitre ballot de proposer un Chardonnay « bête et con » sur un menu de fête mais quand c’est bien fait, c’est bien fait et tu as naturellement envie d’y remettre le nez dedans.

On s’attaque au(x) rouge(s) ?!…

Marre de me taper des plats chauds en sauce le soir du 24 alors que tu sais que tu vas encore te gaver de « bouffe » le 25 ! mais je ne suis pas contre un rouge (ou deux) !

Un beau rouge léger mais qui saura se marier avec la fin de ton foie gras et accompagner tes escargots (ah oui deux douzaine minimum!).

J’opte ce soir pour la cuvée « Garance » du Domaine de la Cadette à Vezelay !

Mon Dieu que c’est bon ! On l’avait goûté avec mon pote Max au printemps sur une tête de veau et un truc en croûte et c’était juste parfait pour accompagner nos plats, alors pourquoi ne pas le tenter sur nos escargots ?! (J’aurais bien mis un Coqueyron Haut 2015 des Frères Soulier mais j’en ai plus alors que nos test de cassolettes d’escargots en 2016 avec leur pif était au top.).

Et qu’en est-il du plat ?

Y’EN A PAS !!!

Un peu de fromage et du dessert …

Je commence à fatiguer (j’enchaine des journées non-stop depuis le début de la semaine, dimanche inclus) et j’aimerais bien aller me reposer avant la pintade du lendemain, mais quoi de mieux qu’un « vin de méditation » avant de rejoindre les bras de Morphée qui donnera le relais à Saint Nicolas « made in Coca Cola » pour te lâcher quelques colis dans ta cheminée…

ALLEZ !!! Pour le plaisir, plaisir d’offrir et joie de partager, j’opte pour un vin de France à base de Syrah du Domaine Stephan. Le gars est connu pour ses Côte-Rôtie (je l’ai croisé en février à Saumur, un mètre cube doudoune comprise mais que des vins d’exceptions) mais là, pour finir sur la clémentine en alternant avec la bûche de maman, un peu de poivre, un peu de peps, ça ne se refuse pas ! Ça jute, ça se cale sur les papilles mais ça demande encore un carré de chocolat noir (parce que tu n’as pas la viande en sauce) pour assouvir ton besoin du soir (personnel) !

Voilà, il est 23h30, JP Pernaut n’a pas fini son bêtisier mais je me sens repu de vins et de mets.

Tu vas me dire : « Mais elle est où la zik dans tout ça ?! »

Bah elle est là !…

Ma claque « disque de Noël » de l’année sera « A Charlie Brown Christmas » interprétée pas le Vince Guaraldi Trio. Simplicité, naïveté, technicité, thèmes maîtrisés, tout y est pour prendre un réel plaisir à l’écoute de ce disque (c’est pas pour rien que j’ai commandé un re-press à mon disquaire messin préféré et que je le joue tous les jours depuis le jour de mon achat!).

Ce gars (Vince G.) est sans doute mort trop tôt, n’était pas rock’n’roll (2 points totalement opposés à un certain Johnny H.), au top de la scène jazz californienne des 70’s et qui a inspiré moultes covers de certains de ces titres.

La bande originale fût créée pour un dessin animé plus ou moins commandé par Coca Cola (sans doute une des rares chose bien qu’il aient fait) et j’avoue tout ça me harcèle, me hante, m’envahit depuis maintenant quelques temps.

Alors laissez-vous envoûter à l’écoute de ce disque, accepter la magie de Noël (pour une fois) et vous passerez un merveilleux 24, 25 (voire 26) décembre !

Je vous souhaite à tous de joyeuses fêtes de fin d’année et comme mon mois de décembre a été bercé par quelques titres soulful inspirés par la Nativité, je vous laisse avec ce petit mix de chansons de Noël…

Merry Christmas Darlings

Maxime (aka Herr 2003)