Vincent Denis des Olivensteins n’est plus

© Dorian Rollin

Il aura été l‘un des guitaristes les plus élégant et incisif de sa génération. Vincent Denis nous a quitté ce 18 janvier 2021. Guitariste des sémillants et provocateurs Olivensteins, le groupe rouennais est l’auteur du 45t Fier De Ne Rien Faire, le plus marquant du punk français sorti en 1979 au côté du Panik de Metal Urbain datant de 1977.
Cet aficionado de la marque de guitares Rickenbacker, a sans doute plus écouté Television, le Velvet Underground et les Byrds que Ange, Gong ou Higelin. C’est avec Les Rythmeurs que son jeu atypique prend toute sa -Fitfh– dimension. Arpèges cristallins, rythmique tranchante dotée d’un son aigu reconnaissable, il signe ses plus belles plages musicales sur l’unique mini album F.I.N.I, sorti en son temps chez New Rose, réédité chez Smap Records et à classer au côté du Murmur de REM. Vincent Denis y écrit aussi les textes, dont les marquants Plaire, Un Soupçon D’Indifférence, Rêveries et Cet Hôtel qui illumineront l’année 1983. La réformation des Olivensteins en 2013 et un nouvel album Inavalable  sorti en 2017, aura permis aux chanceux de voir et d’écouter Vincent Denis, imposer son jeu fluide et empreint d’une classe naturelle. Il ne reste désormais que ses disques, témoignage de son talent pour honorer un personnage attachant et haut en couleur.

Mathieu M

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.