Villagers  » {Awayland} »

Villagers-awayland
Dès la couverture de {Awayland},
Villagers questionne. Est-ce l’enfant qui regarde un paysage en forme de mirage
ou est-ce nous qui regardons cet enfant devant cet ensemble troublé ?
Conor O’Brien a toujours su se (nous) poser des questions à travers son œuvre
labyrinthique. Déjà sur l’inaugural Becoming a Jackal, l’Irlandais positionnait l’être au milieu de
toutes les histoires. Aujourd’hui, pour son deu,xième album, il avoue qu’ « écrire
du point de vue d’un jeune enfant 
» était sa seule obsession. Un enfant
certes, mais un de ceux qui possède déjà la réflexion et le goût de
l’inattendu d’un adulte. Car mis à part l’ouverture en hommage au folk
dépouillé de Nick Drake (My Lighthouse), trait d’union idéal entre les
teintes folk de Becoming a Jackal et le plus synthétique {Awayland}, Conor O’Brien n’hésite pas à
aller voir vers un horizon plus flou et inconnu, quitte à laisser sur le bas
côté ses fans les plus fidèles.

Après une légère traversée du désert remplie de doutes, que
tous les artistes récemment auréolés d’un prix et de critiques dithyrambiques
ont connu, Villagers revient aujourd’hui en opérant une mue artistique des
plus convaincantes. Et celle-ci est plus que spectaculaire sur le single The Waves pourvu d’un  départ minimal et d’un final en forme de feu
d’artifice electro-pop.

Loin d’être devenu le chacal qu’il prétendait être dans son
premier album, à l’instar de son compatriote Neil Hannon, Conor O’Brien
poursuit sa quête de la pop song ultime et parfaite. Preuve en est avec le
chef-d’œuvre tout en harmonie qu’est Grateful
Song
et l’escapade cinématographique de The
Bell
. Que dire du déchirant titre In
A Newfound Land You Are Free
dont seules quelques notes de piano suffisent
à faire pleurer un joueur du Quinze du Trèfle. Compositeur prodige comparable à
Paul Simon, Randy Newman et Paddy MacAloon, Conor O’Brien fait partie du club
très fermé de songwriter qui font avancer leur musique sans jamais se tromper.
L’horizon de l’enfant a beau être flou, il n’en est pas moins beau et coloré.

Site