UWANOSORA, KIKI VIVI LILY, IKETERU HEARTS

UWANOSORA Hidamari 2LP (Kissing Fish)

Je ne vais pas y aller par quatre chemins : le nouvel opus d’Uwanosora est un potentiel candidat au titre « convoité » d’album de l’année. Il est fort probable que je sois le seul en France à l’adouber avec tous les égards qui lui sont dus, mais je m’en branle comme de mon premier best-of de Morning Musume.
(en vrai non, je m’en branle pas, je l’ai encore dans mes étagères)
Après un premier album passé inaperçu (lève la main si tu en avais entendu parler avant aujourd’hui), le trio revient donc avec ce petit chef-d’œuvre en équilibre constant entre city pop discoïde, J-pop multi-influencée et kayokyoku profondément moderniste. Trois pôles musicaux dont Uwanosora fait le tour en quatorze titres à la production léchée et aux incartades tantôt funky, tantôt psychédéliques (le dernier morceau de la face B, une pure merveille). Et rien n’est plus beau et enchanteur que lorsque les voix de Megumi et Hirohide se cherchent d’abord, se tournent autour pour finir par se mélanger.
Voilà, une belle chronique de feignant mais je ne t’en dirai pas plus pour ne pas te gâcher la surprise et te donner envie d’aller voir plus loin que le bout de ce clip

KIKI VIVI LILY Lovin’ You 12’ (Lexington)

Lyrical School, Rhymeberry et maintenant la petite Kiki Vivi Lily : kawaii et « hip-hop » font décidément bon ménage dans l’idol game nippon. Son premier six-titres pour Lexington (sous-label du tout-puissant shop Manhattan, au pied de la colline de Shibuya) exsude la joie de vivre et l’insouciance de la jeune Japonaise pour qui le rap est juste une autre façon de dire « je t’aime » à soi-même.
Bon OK, ça ne veut strictement rien dire, tout comme l’Anglais pratiqué ici.
Bon oui OK, c’est pas vraiment du hip-hop, son flow est un peu ridicule, mais merde c’est tellement mignon, comment veux-tu résister ?!

IKETERU HEARTS Lovely Hearts LP (Stand-Up!)

Les sorties vinyles des « vrais » groupes d’idols (composés de filles bien sous tout rapport, qui ne s’embrassent pas entre elles ou balancent des doigts d’honneur à tire-larigot) n’étant pas légion, je saute un peu sur tout ce qui bouge. Rien ne distingue alors Iketeru Hearts des AKB48 ou de Dempagumi Inc., si ce n’est l’uniforme. La musique, quelle que soit son origine géographique ou son « concept », véhicule de fait immanquablement les mêmes sentiments de joie, d’insouciance et de légèreté. En même temps, si l’on cherche le grand frisson, l’on regardera forcément plutôt du côté de la descendance de BiS.
Il est intéressant de préciser qu’Iketeru Hearts est avant tout une excroissance d’Afilia Saga East, autre groupe d’idols ayant par le passé sorti l’un de ses disques (Realism) en vinyle. Le naturel sentiment d’étonnement passé, je me love au creux de ces classiques petites ritournelles que sont Let’s Stand Up (Stand-Up ! étant le nom de leur agence de talents), Love Love Love ou Hearts Of Journey. C’est beau comme un cupcake multicolore, putain.
Je tiens aussi à souligner le fait que cet excellent album (oui, j’insiste) est sorti le 11 septembre 2018. On a des tours qui se sont pétées la gueule pour moins que ça.

Florian