Tuscaloosa :: Comme Une Guerre Froide

tusca lecorbu.004

Il aura finalement fallu 18 ans à Tuscalossa pour donner suite à son premier 45t sorti chez Lithium. Mais écartons tout de suite les malentendus. Tuscaloosa n’est pas de ceux qui se reforment et reviennent sur le devant de la scène pour prendre une partie du pactole qu’ils n’ont pas touché à l’époque. Non. La décision de remonter sur scène et de composer un nouvel album n’a pas été prise à la légère. Franck Dupont a attendu d’avoir le line up idéal (le groupe est passé de trio à quintet avec l’arrivée du saxophoniste Antoine Arlot et du guitariste Nicolas Valette) et le déclic pour donner vie à des compositions accumulées pendant toutes ces années de silence.
Ce nouveau départ a pris forme avec la BO du film de Sébastien Lacroix Seul La Forêt. Aujourd’hui, après quelques concerts (dont une première partie de The Wedding Present) et quelques inédits sur la compilation Dadaphonic, L’Avenir Est Devant (Mendelson) pour Tuscaloosa.
Ce n’est pas un hasard si l’on nomme ici Mendelson, car c’est un groupe auquel on pense parfois pour l’intelligence lettrée qui se dégage dans Comme Une Guerre Froide. On est aussi tenté d’évoquer Michel Cloup ou encore Dominique A. Tous ces groupes qui, autrefois, s’abritaient chez Lithium et se nomment aujourd’hui eux-mêmes Génération X (ou autre chose).
Les thèmes présents sont vastes et vont de l’isolement (Isolés), aux habitants d’une ville oubliée et sourde (La Nuit des Seconds Couteaux) qui n’est autre que Longwy, ville d’origine du groupe. Le cinéma est aussi source d’inspiration dans Quelque chose est arrivé, dont l’origine est, selon les dires de Franck, L’aurore de Murnau croisée au film Le Village de M. Night Shyamalan.
Côté musique, on retrouve cette même intelligence et érudition dans les influences (no wave, free jazz, post punk…). Nous sommes loin ici de la position « du moine copiste obsédé par l’axe anglo-saxon ». C’est bien une musique singulière qu’il nous est donnée d’entendre ici. La tension est de mise tout au long des sept titres adhésifs et éclate parfois comme un coup de tonnerre (Mistaken).
Disque foudroyant, Comme une Guerre Froide est un de ces albums qui implique le séjour prolongé. D’ailleurs, « On est si bien qu’on pourrait presque avoir un accident ensemble » est la dernière phrase prononcée.
On n’aurait pas rêvé mieux comme acte de (re)naissance pour Tuscaloosa.

Damien