Thomas Howard Memorial « How To Kill Kids »

Thomas Howard Memorial how to kill kids
Il est de plus en plus consternant
de voir à quel point des groupes bénéficient d’une renommée qu’ils ne méritent
pas, alors que d’autres, artistiquement meilleur, continuent à vivre
dans un relatif anonymat. Thomas Howard Memorial semblent souffrir, malgré eux,
de cette injustice. Mais il faut dire, qu’en empruntant le pseudonyme que le
célèbre hors la loi Jesse James utilisait pour voyager incognito avec sa
famille, il était fort à parier que cet héritage patronymique puisse un jour
inconsciemment jouer sur le groupe. Pourtant, le premier EP éponyme avait de
quoi promettre au groupe de beaux jours dans les sphères pops atmosphériques.
Bien placé entre The Besnard Lake, Archive et même Air, le side project de Yann
Ollivier (ex The Craftmen Club) était
l’un des projets pop le plus enthousiasmant des environs.

Aujourd’hui,  Thomas Howard Memorial renouent avec le sublime
dans un deuxième EP (How To Kill Kids),
qui ne demande qu’à tuer leurs vieux démons pour mieux les maîtriser. On y
retrouve l’élégance éthérée d’une écriture décomplexée et totalement libre,
déjà croisée quelques années plus tôt du côté de Mercury Rev ("Rupture" pourrait être un titre
oublié des sessions de Deserter’s Songs).
Des guitares complémentaires et acérées, une basse toute en rondeur, une
batterie percutante et des parties de claviers devenant de plus en plus
nécessaire au son de THM, instrumentalisent des ambiances oscillant entre calme
et montée post-rock saupoudré de psychédélisme moderne. En seulement quatre
titres, Thomas Howard Memorial prouvent une fois de plus qu’ils ont l’étoffe des
grands. Seule une question reste en suspend à la fin de cet EP : Que
faut-il de plus à la musique de Thomas Howard Memorial pour éclater au grand
jour ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.