The Wise Dude’s Revolver :: Here The Sun

The Wise Dude's Revolver

À la sortie du premier EP, nous avions chanté les louanges de The Wise Dude’s Revolver. Nous avions aussi qualifié les nouveaux venus dans la sphère rock psychédélique de « jeunes gens sous Methodrone », soit un groupe fortement influencé par tonton Newcombe et son Brian Jonestown Massacre.
L’écoute de leur nouvelle production (Here The Sun) montre que quelque chose a changé chez The Wise Dude’s Revolver. Après plusieurs concerts, qui les ont menés dans toute la France, et un changement dans la manière de composer, c’est une nouvelle formation avec sa propre vision du rock psychédélique qui se présente à nous.
Here The Sun commence par un morceau long de 8 minutes. En commençant par un titre épique et spatial, The Wise Dude’s Revolver prend le risque de se voir comparé aux maîtres du genre qu’a été Pink Floyd. C’est bien à eux que l’on pense sur certains passages calmes et aériens de John Dies At The End et Eleanor (slide guitare et interlude féminin sur le premier titre et chant sur le deuxième). Mais mis à part cette influence minime ressentie, The Wise Dude’s Revolver développe sa singularité et arrive une fois de plus à nous mettre la tête dans les étoiles à grand renfort d’atmosphères lysergiques.
Masterisé par le producteur Brett Orrison (Christian Bland & The Revelators, Wall Of Death, Joel Gion…), Here The Sun balade son auditeur dans des paysages partagés entre trips spatiaux et instants réverbérés.
Avec la volonté de ne pas surcharger sa musique, The Wise Dude’s Revolver épure ses joyaux psychédéliques en ajoutant seulement un soupçon de sitar ici où là. En se concentrant sur quelques détails, The Wise Dude’s Revolver évite l’écueil des titres boursouflés qui ne disent rien et sont, au final, plus du tape à l’œil qu’autre chose. Ainsi, Here The Sun en sort grandi et son écoute n’en est que plus magique.
Les promesses des débuts sont tenues avec ce nouvel EP justement titré. Les nouvelles virées psychédéliques de The Wise Dude’s Revolver sont lumineuses.

Damien

casque