The Married Monk :: Headgearalienpoo

On n’y croyait plus. Le retour sur le devant de la scène de The Married Monk était devenu une chimère. On n’osait plus imaginer un retour de la bande à Christian Quermalet. Et qui plus est, en grande forme. Pour palier à ce manque, on ne cessait de se remettre dans les oreilles les pierres angulaires d’une discographie exemplaire que sont There’s The Rub, The Jim Side, The Belgian Kick et R/O/C/K/Y. Quatre témoignages d’une époque bénie où la pop française était riche et décomplexée. Hormis la mise en son d’Elephant People, la pièce de théâtre de Daniel Keene, Christian Quermalet avait, depuis 2008, mis de côté ses instruments pour travailler comme barman. Lorsqu’il revenait à la musique, ce n’était que pour les autres en mixant et produisant des albums comme l’excellent Ni Pluies Ni Riens de Manuel Etienne. D’ailleurs, c’est peut-être à partir de ce moment là que Christian Quermalet a eu envie de revenir aux affaires puisque, dorénavant, on retrouve dans le nouveau line-up de The Married Monk, Tom Rocton, l’homme orchestre de Manuel Etienne. (Si c’est vraiment le cas, merci Tom)

A la première écoute d’Headgearalienpoo, nous sommes en terrain connu. L’impression de retrouver un vieil ami nous envahit. On reconnait la patte mélodique de Christian, sa voix unique et ses sons de claviers inimitables. Headgearalienpoo est la suite logique et très attendue de The Belgian Kick. Christian Quermalet le sait bien. Il fait même un clin d’œil à l’un des titres de l’album de 2004 avec ˝Love Commander Strikes Again˝. Des références au passé, il y en a d’autres sur Headgearalienpoo. Notamment avec la reprise de  ˝Bus˝ de Dogbowl, qui parle forcément à notre génération de quarantenaire qui à découvert l’américain par l’entremise de Michel Cloup et toute l’écurie Lithium. The Cure est doublement à l’honneur avec la reprise de Siamise Twins et le morceau ˝10.16 Saturday Night˝ dont la référence au premier morceau du premier album du groupe de Robert Smith n’échappera à personne.

Si Headgearalienpoo fait beaucoup appel au passé, ce n’est pas pour autant qu’il faut le targuer de passéisme. C’est même le contraire. Ce sixième album offre une nouvelle jeunesse à Christian Quermalet. Le français compose encore et toujours des mélodies inventives dans leurs arrangements et dans leurs sonorités. Indémodables, on prendra toujours plaisir à les écouter dans dix ans comme on le fait déjà avec le reste de la discographie de The Married Monk. Aventureux, riche et intelligent, Headgearalienpoo est la signature du plus beau retour que la pop française ait connue depuis des lustres.

Damien