Team Wild :: Clear Eyes, Full Hearts, Can’t Lose

© Mathieu Drouet - www.mathieu-drouet.com

© Mathieu Drouet – www.mathieu-drouet.com

Ceux qui ont suivi la scène folk au début des années 2000 connaissent forcément Amélie. Après l’EP « From the Burning Tree To The Monster Mountain » (2005) et deux albums boisés dont le remarqué « The Real Nature of The Fantastic Ice Cream Car« , Amélie opère, en 2009, une première mue avec un album aux sonorités retro sixties « Love Full Of Hands » en compagnie d’Eric Pifeteau des Little Rabbits. Il faut croire que la demoiselle n’aime pas refaire deux fois le même album puisqu’en 2012, elle forme avec Jean Fleury le duo Team Wild.
Qui dit nouveau départ, dit nouvelles sonorités. Taekwondo (2013) nous met direct KO sur le tatami. Amélie a mis un tigre dans sa guitare et s’est transformée en fée électricité. « La dentelle, ça m’emmerde ! Plus tu peaufines, plus tu perds en authenticité. On utilise peu d’effets, on n’a pas de machine. On veut garder la chose la plus vivante possible » avance Amélie.
Clear Eyes, Full Hearts, Can’t Lose persiste et signe avec  des compositions encore plus directes. Enregistré à Nashville, en compagnie des producteurs Robin Eaton (Spinto Band, Lionlimb) et Brad Jones (Archie Bronson Outfit, Yo La Tengo), le premier album de la lilloise reconduit les sonorités brutes et les arrangements minimalistes dans un univers bi chromique. Les ballades folks ont définitivement laissé place à des titres aussi secs que ceux qui remplissent Dry de PJ Harvey. L’album s’ouvre avec le titre « Blondie », mais ce n’est pas à la blonde platinée que l’on se réfère en premier. Les compositions nerveuses font  plutôt penser à celles de Scout Niblett dont elle a fait la première partie, et le lyrisme de la voix à Kate Bush. Le véritable point fort de ce Clear Eyes, Full Hearts, Can’t Lose reste le dialogue entre la guitare et la batterie d’où se dégage une belle sauvagerie rock. Une sauvagerie rock que l’on se prend en pleine figure comme on peut se prendre un coup de batte de base-ball en pleine face. Ça fait mal. Écoutez Clear Eyes, Full Hearts, Can’t Lose et il vous sera impossible de passer vos nuits sans Team Wild.

Damien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.