Symply Saucer :: Cyborgs Revisited

Symply Saucer, le groupe inconnu que tous les fans de garage psychédélique ont toujours rêvé d’écouter. Malheureusement, ce groupe n’existe plus.  Il revient sous les feux de l’actualité grâce à une réédition de leur tout aussi méconnu premier album Cyborgs Revisited par le label garagiste In The Red.
Crée en 1973, le groupe tire son nom de l’album A Saucerful of Secret de Pink Floyd et ne sort qu’un unique 45t (She’s A Dog) sur une obscure structure peu de temps avant leur séparation en 1979.
Dix ans après, alors qu’ils sont oubliés de tous, Mole Sounds Recordings sort des cartons d’archives une session enregistrée en 1974 par un producteur alors inconnu, Daniel Lanois (producteur bakable par la suite d’albums de U2, Dylan, Neil Young…). C’est cette session agrémentée de titres live qu’In The Red réédite aujourd’hui.
Dorénavant considéré comme un classique ignoré du rock canadien, Cyborgs Revisited prouve que Symply Saucer avait tout pour réussir et s’inscrire dans la légende au même titre que les groupes proto-punk américains que sont The Stooges et MC5. Le groupe canadien avait la puissance de feu des deux groupes précités mais aussi l’intelligence de ne pas se cantonner à être des suiveurs en ajoutant à leur musique quelques influences bien senties.
Une bonne dose de noirceur urbaine à la Velvet Underground et de longues plages lysergique à la manière d’un Amon Düül qui aurait vu le Yeti, voilà ce qui démarquait à l’époque Simply Saucer des autres groupes bas du front.
Leur son est brut et sort tout droit du garage des compilations Nuggets.  La vérité et l’honnêteté du groupe se trouvent dans la saturation d’un ampli poussé à 11 et dans un farfisa mal maîtrisé. Des titres comme le mal nommé « Electro Rock » ou « Dance The Mutation » prouvent une fois de plus que Cyborgs Revisited est le véritable chaînon manquant entre White Light / White Heat du Velvet Underground et n’importe quel album punk de la fin des 70’s. Pas étonnant donc que le groupe compte parmi ses fans des personnes comme John Dwyer, Ty Segall, Thurston Moore ou encore John Spencer.
Cyborgs Revisited est l’incunable inconnu que l’on se doit de (re)découvrir. Heureusement que le gardien du temple garage qu’est In The Red est là pour nous le rappeler et prouver qu’il reste encore quelques trésors cachés.

Damien