Street Gnar « Shrine »

Street Gnar shrine EP review chroniqueSi un jour un documentaire devait sortir sur le très beau label Atelier Ciseaux, le sous-titre serait assurément celui-ci : « Le label qui te fait découvrir avant tout le monde ce que les autres n’oseront jamais sortir« .  Après TOPS, Ela Orleans, Mount Eerie, Oupa les années précédentes puis Idiot Glee et Police des Mœurs cette année, la nouvelle signature Street Gnar marque encore une fois une prise de risque aventureuse de la part du label.

Derrière Street Gnar se cache le jeune Américain de Lexington, Case Mahan, déjà croisé dans la sphère d’Idiot Glee, collaborateur de Dirty Beaches sur le single Lone Runner et auteur de plusieurs cassettes sorties sur Burger Records et Night People (Poking The World With A Stick et Study Wall). Rien d’autre sur la toile ne filtre sur ce nouveau prodige que l’on imagine fan de skate (normal avec un nom pareil) et amoureux de belles guitares (il joue sur une guitare Vox). Son prochain Ep, Shrine, qui sortira en vinyle à 300 exemplaires en septembre, laisse aussi entrevoir une personnalité adepte du slacking comme aimaient à le montrer Pavement et Beck dans les années 90. Mais derrière cette apparente nonchalance et sensation de légèreté se cache en fait un talent de songwriter capable de mêler l’esprit lo-fi des nineties avec des guitares lignes claires très eighties. Difficilement descriptibles, les sept morceaux de Shrine prouvent que Street Gnar est aussi à l’aise avec des pop song brillantes (sens propre) et lumineuses (sens figuré) (Lift Up) que sur des ondes reverbérées (Be Good or Be Gone). Street Gnar se paye même le culot de revisiter la surf-pop à grands coups de boîte à rythme minimaliste et guitare fuzzée (Take Aim) avant de se prendre pour Sonic Boom et son album Spectrum dans une face B sonique  (Don’t Tell, String, Locked out).

Une telle comparaison pourrait en effrayer plus d’un, mais lorsque l’on attend depuis des lustres un renouveau du genre, il y a des propos emphatiques que la raison ne peut pas contrôler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.