Sh’napan :: Pagane

shnapan-press-picture

Sh’napan est la toute dernière signature du label Chez Kito Kat Records mais ce n’est pas pour autant un inconnu. En effet, derrière ce nouveau projet se cache l’un des membres du groupe luxembourgeois Artaban déjà auteur sur la structure messine de l’excellent album Flow sur lequel on retrouve le tube « Pasta Calibro ».

En marge du duo qu’il a formé avec son frère, Charles a accumulé un certain nombre de bidouillages personnels composés seul et que l’on retrouve aujourd’hui sur son premier album solo Pagane.

Pour cette échappée belle, le Luxembourgeois change catégoriquement de style. Finit l’électro-pop d’Artaban. Sous ce patronyme fripon, Charles revendique une filiation directe avec ce qui se faisait de plus aventureux en matière de musique électronique dans les 90’s, soit tout ce qui sortait des griffes des labels Mo’Wax et Ninja Tune. Alors que des artistes comme DJ Shadow essaient tant bien que mal de renouveler le genre, Sh’napan, lui, se contente seulement de rendre hommage au style de la plus belle des manières. Composé de vingt et un morceaux relativement courts, Pagane ressemble à ces albums de Library Music destinés à illustrer un quelconque spot publicitaire ou série télévisée. Les ambiances et les styles changent à une vitesse vertigineuse. On passe allègrement d’un titre qui aurait pu figurer dans une série policière d’un nouveau genre (« Happy Tristessa », « riple Shot ») au groove hip-hop du bien nommé « Sneakers Groove » en passant par l’exotique « Tropicôôô ». Que dire aussi du titre Une Complète qui aurait très bien pu figurer dans les fameuses compilations Headz.

C’est là le véritable tour de force de Pagane. Nous faire oublier que nous sommes en 2016 pour nous transporter à la fin des années 90. Une époque où l’on regardait le film Louise Take 2 rien que pour écouter sa bande originale (mais aussi un peu pour Elodie Bouchez) et où DJ Shadow et DJ Krush régnaient en maîtres sur la musique électronique grâce aux albums Endtroducing et Meiso. Deux albums dont Pagane n’a pas à rougir de la comparaison.

Damien