Sherpa The Tiger :: Great Vowel Shift

Depuis les années 90, on ne compte plus les groupes influencés par le krautrock,  cette musique typiquement allemande née dans les années 70 et développée par des groupes aussi divers que Can,  Kraftwerk, Tangerine Dream et autre Embryo.

L’influence de rock choucroute connait un regain d’intérêt ces dernières années grâce à des groupes comme Cavern of Anti Matter de Tim Gane et Drame de Rubin Steiner.  C’est à ces deux groupes que l’on pense lorsque l’on découvre Great Vowel Shift de Sherpa The Tiger.

Les derniers rejetons de l’écurie Fuzz Club, originaire de Lviv en Ukraine, offre un Krautrock de haute voltige qui, comme bien souvent avec ce style, nous emmène vers une transe hypnotisante. Mais à la différence de nombreux groupes qui empruntent les autoroutes rectilignes pour nous emmener vers un état second, Sherpa The Tiger nous pousse sans contrainte sur la piste de danse d’une boîte de nuit pour nous faire transpirer.  On ne rechigne pas à bouger notre popotin sur les rythmes motorik de la batterie, les rondeurs vrombissantes de la basse ainsi que les blips et blups joués sur un synthétiseur soviétique vintage (Elektronika EM-25) dont les sons rappellent souvent ceux de Stereolab et The High Llamas.

Sherpa The Tiger sait nous emmener là où il veut avec une frénésie presque épuisante. Heureusement que le titre ‘Golden Ratio’, placé judicieusement au milieu du disque,   nous emmène vers une Electronic Meditation cosmique et planante. Cinq minutes salutaires et reposantes qui nous permettent de nous remettre ensuite sur la piste (de danse) jusqu’à la fin de l’album.

Avec un Great Vowel Shift à mi chemin entre groove cosmique et ambient stellaire, Sherpa The Tiger prouve qu’il connait son Krautrocksampler sur le bout des doigts. Si le groupe continue à jouer sur ces deux (boules à) facettes, on leur prédit des Futur Days plus qu’encourageants.

Damien