Room Me :: Too Late

C’est un peu le comble de l’ironie que d’appeler son nouvel EP Too Late alors que l’objet en question n’avait pas pu arriver à temps pour sa release party. Mais comme dit l’adage « Vaut mieux tard que jamais » et c’est avec un plaisir non feint que l’on retrouve celle que l’on n’avait pas hésité à comparer, lors de la sortie du premier EP, aux grandes prêtresses du rock que sont Patti Smith et PJ Harvey.

Room Me © Damien Boyer

© Damien Boyer

La pochette signée Lily Water montre une femme, valise à la main, devant une maison bien mystérieuse. Est-ce le Dirty Hotel qui a donné son nom au premier EP ? Possible, car nous sommes ici en terrain connu avec Too Late. Anne-Sophie Remy et sa bande jouent toujours ce rock brut de décoffrage, et féminin, que l’on aime. Elle a toujours la même envie d’en découdre et apparaît plus enragé que jamais. Et ce n’est pas l’emploi du verbe « To Kill » sur trois morceaux sur six qui va nous prouver le contraire. Plus mutin et plus rentre dedans, Room Me ressert le propos et va droit au but. Les guitares sont encore plus acérées et s’accordent même une touche métal sur In My Brain. Anne-Sophie Remy n’est pas de celles que l’on apprivoise et à qui on raconte des histoires (Stupid). Elle a en elle cet esprit sauvage qu’ont les grandes dames du rock. La tête sur les épaules et la folie dans l’exécution des mélodies, Room Me livre avec Too Late un second EP vénéneux et sensuel jusqu’à la moelle.

Damien

casque1