Room Me « Dirty Hotel »

Bien souvent pour les musiciens, la fin d’un projet symbolise le début d’un autre. C’est le cas pour l’ex-chanteuse de The Unguest, Anne-Sophie Rémy, qui se produit désormais sous le nom de Room Me. Moins bluesy, moins funk, et moins soul que The Unguest, Room Me s’invite dans un genre souvent imité mais trop rarement égalé, celui joué par les prêtresses du rock que sont Patti Smith et PJ Harvey.

Cette dernière a dit un jour « Je sais qu’on m’a beaucoup comparée à Patti Smith, mais ça ne m’ennuie pas du tout ». Espérons qu’Anne Sophie ne nous en veuille pas si on la compare paresseusement à ses deux glorieuses ainées.

Dans ses cinq premiers morceaux qui composent Dirty Hotel, on y retrouve la même personnalité rebelle et la même incandescence. De la fausse quiétude qui se dégage de « The Hole », à l’abrasivité de « Long Kiss Goodnight » en passant par la morsure très Veruca Salt de « Sometimes », Room Me avance toutes guitares dehors. Des guitares et un chant parfois troublant de similitudes avec certains titres issus de 4-Tracks Demos (Love Parade). Seul le morceau au titre trompeur (I Can’t Breath),  permet de reprendre ses esprits au milieu de cet EP frondeur et électrisant.

Même si tous les ingrédients ainsi agencés dans cet EP semblent connus depuis des lustres, l’écoute prolongée des cinq premiers titres ne laisse aucun doute sur l’hospitalité de ce Dirty Hotel. C’est un endroit où l’on aime séjourner.

Damien

Site