Ron Sexsmith « Forever Endeavour »

RonSexsmithForeverEndeavour-600x600
Jusqu’en 2011, Ronald Eldon Sexsmith avait tout du
songwriter maudit que l’on aimait chérir seul dans notre coin sans jamais
vouloir partager avec qui que se soit sa discographie exemplaire commencée à la
mi-temps de l’année 1995. Mais tout se brisa en 2011 avec l’album Long Player Late Boomer. Le Canadien
nous avait habitué jusque là à des compositions luxueuses et riches en
arrangements, jamais clinquantes et maitrisées avec beaucoup de subtilité. On ne
sait pas par quelle idée saugrenue Ron Sexsmith s’était décidé à conquérir les
charts américains en s’entourant de musiciens et d’un producteur pas vraiment
fréquentables. C’est donc avec un précédent pas très glorieux que  Forever Endeavour arrive jusqu’à nous. Mais
ce pessimisme ambiant disparaît, en partie, lorsque l’on apprend le retour à la
production de Mitchell Froom (producteur des premiers albums de l’ontarien), et
totalement, lorsque les premières notes se dissipent. Ron Sexsmith
retrouve l’élégance d’un folk immaculé et balaie d’un accord pastoral toutes
les mièvreries de Long Player Late Boomer
avec une ouverture ne manquant pas de
cor ni de cordes. Même s’il prétend être perdu sur des titres tels que Nowhere to Go, Nowhere Is, ou Lost In
Thought
, c’est un Ron Sexsmith bien connu que l’on retrouve. Celui d’Exit Strategy Of The Soul sur le très
soul Snake Road mais aussi le
songwriter sensible et presque crooner sur
Deepens With Times.
Celui qui compte parmi ses fans Elvis Costello, Paul
MacCartney ou encore Dylan, n’a rien à envier à ses pairs en jouant des
mélodies qui auraient très bien pu être écrites par ses mentors. Comment ne
pas mentionner Dylan sur Sneak Out The
back Door
ou les Beatles sur Back Of
My Hands 
et Me, Myself and Wine ?
C’est décidément
lorsqu’il ne cherche pas la gloire et qu’il joue sur la corde sensible que Ron
Sexsmith est le meilleur. Probablement qu’avec Forever
Endeavour,
le canadien au visage d’enfant éternel ne gagnera pas de
nouveaux fans, mais il aura au moins le mérite de rassurer les fans qui le
suivent depuis le début.