Public Image Limited « This Is Pil »

Pil
Dès l’introductif This Is Pil, John Lydon annonce, à qui veut l’entendre, son grand retour des icônes mortes vivantes. Nous n’avions plus eu de nouvelles de cette légende, cataloguée par certains comme « la plus grande escroquerie du rock’n’roll », depuis le très faible That Was Is Not (1992).  Mais voilà que nous sommes en 2012 et John Lydon n’est plus celui de 1992 mais plutôt celui de 1982. Année qui suivit la parution de l’énorme Flowers Of Romance, dernier volet de la sainte trilogie composée de First Issue et Metal Box et Flowers Of Romance. Bien sûr, This Is Pil n’a pour l’instant pas l’aura des trois premiers albums, mais John Lydon a retrouvé sa verve acérée et son chant particulier de ses débuts. John Lydon a vieilli mais il a encore la niaque d’un teenager. « We are Teenagers » chante-il sur One Drop.

Aidé dans son entreprise par Lu Edmonds (ex-Damned), Bruce Smith (ex-Pop Group et The Slits) puis par l’inconnu Scott Firth, John Lydon nous invite sur This Is Pil, à entrer dans cette « PIL Zone » qui s’apparente au chaos. Un chaos bien maitrisé partageant le pavé entre le punk disco dub de One Drop, le hip hop ragga dub de Lollipop Opera, la basse martelée tout en rondeur de Out Of The Woods et la ballade rêveuse I Must Be Dreaming. Des ambiances différentes pour chaque morceau montrant que Public Image Limited sait encore écrire de vrais titres capables d’être cassants pour tous les suiveurs.

Vingt années, ce fut long à attendre. Mais cette frustration est vite récompensée par un This Is Pil synonyme de deuxième jeunesse pour l’é(x)gocentrique John Lydon.

Site