Profit Prison :: Right To Know

Derrière Profit Prison, on trouve un certain Parker Lautensleger de Seattle, compositeur de titres darkwave et synthé-pop et ce depuis 2017. Repéré sur la foi d’une cassette (Myra), il a depuis sorti deux mini-albums –Six Strange Passions et Dreams Of A Dark Building– chez Avant!, label italien réputé et spécialisé dans le post-punk.

La particularité du 45t se situe dans le choix des titres, qui datent tous de 2017 et peuvent être présentés comme du early Profit Prison. Aussi Right To Know tire sa référence sonore du coté de Kraftwerk, voir de Human League avec leur premier album Reproduction datant de 1979. Sur une superbe mélodie qui arrache une larme à un robot, la voix détachée s’empare d’un spleen typiquement berlinois dont quelques intonations peuvent rappeler celles de Bowie. Les boîtes à rythmes et synthétiseurs nous guident sur un dancefloor de glaces, le son métallique renvoie l’ombre d’un danseur s’échouer sur des banquettes défoncées. On se laisse happer sans résistance dans cette histoire où il est question de littératures gothiques et des conséquences psychiques d’un deuil.

La face B Cold World est la première chanson composée par P.Lautensleger en 2017. Sur un gimmick synthétique qui renvoie Visage dans les tunnels darkwave, le chanteur prend soin de nous entrainer dans un monde clos dans lequel il exprime un regret éternel. Le rythme austère dégage néanmoins une pulsation organique dont on ne se lasse pas.

Ce bel objet est édité par le club Fribourgeois Slow Club dont le programmateur Dr Karsten Böhm, à l’origine du projet, rendra sans doute hommage lors de ses soirées post-punk réputées… à venir.

Mathieu M

1 comment for “Profit Prison :: Right To Know

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.