Printemps de Bourges : Rencontre avec Thierry Langlois et Cyril Bashief

Printemps-de-Bourges-2014-une-programmation-tres-complete_w670_h372

Une partie de l’équipe d’Electrophone sera présente pour l’édition 2014 du Printemps de Bourges  la semaine prochaine.
En attendant cet événement mythique Cyrille est allé à la rencontre de Cyril Bashief et Thierry Langlois pour en savoir un peu plus sur l’envers du décor de ce festival trentenaire.

Bonjour Thierry Langlois tout d’abord pourriez-vous nous dire quel est votre parcours et dans quelles circonstances vous avez été amené à collaborer au Printemps de Bourges Crédit Mutuel ?

THIERRY LANGLOIS :

Bonjour,

Parcours d’autodidacte, peu d’études, des p’tits boulots, des copains artistes, on donne un coup de main et de fil en aiguille on se professionnalise sans s’en rendre compte.

Puis j’ai travaillé comme booker dans une boite de production pendant 7/8 ans.

Ensuite j’ai monté ma structure, Uni-T, société de production qui s’occupe d’artiste tels que : Vitalic, Camille, Détroit, The Do, Lilly Wood & The Prick…

Mon travail avec ces artistes m’a amené à rencontrer Doudou, à l’époque directeur artistique du Printemps de Bourges, il cherchait un programmateur et j’étais très attiré par cet aspect de notre métier et par le Printemps de Bourges, nous avons pas échangé sur notre vision du festival et j’ai été confirmé à ce poste il y a 8 ans. Tout simplement.

10255474_10152328537570900_248800384_nQuelles sont en dehors de la chanson les esthétiques musicales mises en avant pendant le PDB ?

THIERRY LANGLOIS :

Nous avons consacré une soirée au 22 le mardi soir aux artistes Hip Hop émergents, nous pensons que certains des artistes présentés seront les futures tête d’affiche du festival, comme Sexion d’Assaut il y a quelques années. Difficile aujourd’hui de ne pas présenter d’artiste hip hop sur le Printemps de Bourges, c’est un courant qui a pris beaucoup de place auprès du public.

Trois artistes accompagnés par leur piano se produiront dans la cours du Palais Jacques Cœur durant le festival, Benjamin Clémentine, en qui nous croyons beaucoup, Rufus Wainwright, song writer canadien à grand classe qui nous fera l’honneur de sa présence, et Alexandre Tharaud, valeur montante dans le milieu classique.

Comme tous les ans depuis 6 ans nous avons reconduit la soirée « Rock’n’beat, soirée orientée sur les musiques électroniques qu’il ne faut manquer sous aucun prétexte.

Il y a aussi beaucoup de rock cette année, sur le W et les 22.

Nous essayons de couvrir un maximum de courants musicaux.

Les Inouïs Printemps de Bourges ( anciennement Découvertes) ont pris une importance considérable en près de 30 années d’existence quels sont pour vous les grands moments dans l’histoire du festival liés à ce dispositif ?

CYRIL BASHIEF :

Chaque année présente son lot de surprises ! En 30 ans, nombreux sont les artistes qui ont attiré par la suite la lumière de la part des professionnels et qui ont trouvé leur public.

Parmi eux, Juliette, Jeanne Cherhal, Anaïs, Cocoon, Concrete Knives, Juveniles, François and The Atlas Mountains, FAUVE ou encore Nemir…

S’il y avait un joli moment à citer, ce serait finalement cette édition 2014 du Printemps de Bourges que je citerais puisque nous n’avons jamais eu autant d’artistes programmés dans le cadre du Printemps et issus du dispositif Réseau Printemps. Skip the Use, Von Pariahs, Christine and the Queens, Fauve, Jeanne Cherhal, Nathalie Natiembe, Cats on Trees, Cheveu, Nosfell ou Alb sont aujourd’hui à maturité et sont pour certains de véritables têtes d’affiche de notre festival.

Cela représente 10 artistes en tout, dans quasi toutes les esthétiques. Une belle preuve que le maillage terrain de ce dispositif et le repérage de nos antennes et conseillers artistiques sont efficaces !

Quels sont vos artistes coup de cœur de cette programmation 2014 ?

THIERRY LANGLOIS :

En ce qui me concerne je dirais que ce sont plutôt des plateaux complets qui m’excitent le plus, la soirée hip hop du 22, la soirée rock du 22 avec Marmozets, The Strypes, Royal Blood entre autres, mais aussi la Rock’n’Beat. j’attends beaucoup du plateau, Girls in Hawaï, Fauve, Détroit, Metronomy.

En gros, il faut essayer d’aller voir un maximum de choses.

Que pensez-vous de l’évolution du secteur des musiques actuelles ces dix dernières années et en quoi le PDB s’inscrit dans cette démarche ?

THIERRY LANGLOIS :

C’est une évolution saine, les progrès technologiques permettent aux artistes de commencer leur carrière et produire leur musique plus facilement que par le passé, de faire connaître leur talent plus facilement et la scène a pris une importance capitale. Pour beaucoup de jeunes artistes, le Printemps de Bourges et la suite idéale de leur travail pour le faire résonner auprès des média et des professionnels du secteur.

En quoi se démarque le PDB face aux autres événements de grande envergure (Transmusicales de Rennes, Francofolies de la Rochelle, Vieilles Charrues…) ?

THIERRY LANGLOIS :

C’est le meilleur !! J J J

Cette année sera la dernière édition avec Daniel Colling ( co-fondateur du PDB) avez vous décidé de célébrer ses « adieux » au festival ?

THIERRY LANGLOIS :

Daniel sera encore aux commandes du festival jusqu’à l’édition 2015, ensuite je crois que ce sera à lui de décider de quel manière il voudra célébrer ses adieux.

10179073_10152328537755900_1477913858_o

Pour la première fois cette année les Inouïs du PDB s’exporteront à l’occasion d’une tournée pouvez vous nous en dire plus à ce sujet ?

CYRIL BASHIEF :

Effectivement, à l’initiative de Daniel Colling, nous avons redéployé il y a deux ans un prix pour ces Inouïs : Le Prix du Printemps de Bourges. Celui-ci récompense, toute esthétique confondue, l’artiste le plus prometteur parmi les 32 groupes de la sélection. Von Pariahs et Fauve ont été les premiers lauréats 2012 et 2013 de ce prix. Pour l’occasion, un jury composé de professionnels est réuni et a pour mission d’assister à tous les concerts Inouïs de la semaine. Cette année, Albin de la Simone est Président de ce jury.

En attendant de connaître le vainqueur 2014, Réseau Printemps a mis en place une tournée de 5 dates dans 5 villes majeures en France : Lille, Bordeaux, Nancy, Lyon et Marseille seront ainsi à l’honneur et accueilleront des plateaux composés de 4 artistes Inouïs 2014, dont les lauréats du prix Printemps de Bourges 2014 et d’anciens artistes iNOUïS.

Cette opération est une nouvelle manière d’aborder notre dispositif puisqu’il s’agit d’apporter ce petit plus d’accompagnement et de médiatisation, et ce, sur le long terme. Les groupes ne sont plus que mis en lumière le temps d’un concert au Printemps de Bourges mais nous pouvons désormais nous targuer de les suivre et leur ouvrir d’autres portes que celle de Bourges en avril. Le Grand Mix, le Transbordeur, L’Autre Canal, L’Espace Julien et enfin la Rock School Barbey, seront autant d’occasion de faire découvrir nos perles rares au public. Cette tournée aura lieu du 30 septembre au 4 octobre 2014.

Cyrille

Site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.