Les 4 saisons de Popincourt

©JPLoyer

Après le bien nommé single deux titres The Brilliant Missing Link, Popincourt revient avec un EP légèrement plus conséquent. Comme son nom l’indique, 4 Colours – 4 Seasons est dédié à la révolution solaire qui rythme notre vie. A l’heure où l’on parle d’arrêter le changement d’horaire, Popincourt remet les pendules à l’heure avec sa pop soignée et lumineuse.  On est loin ici de la grandiloquence des Quatre Saisons de Vivaldi. Popincourt joue la carte de la légèreté et du raffinement pop avec des morceaux habillés de guitares folk, claviers vintages et boites à rythmes. Avec l’aide d’Olivier Bostvironnois du studio L’entresol, le premier mod de France a trouvé le bon dosage entre sons synthétiques et organiques sans jamais trahir l’ADN du groupe.
L’Ep s’ouvre avec l’hiver et la couleur bleue. Même si on aurait plus pensé à la couleur blanche pour la saison froide, c’est sans contrainte que l’on se laisse porter tout en douceur jusqu’à un printemps vert synonyme de renaissance. « Green Spring » rappelle la pop subtile d’Orwell qui aurait décidé de quitter la verdure de sa lorraine natale pour s’établir à jamais dans l’Angleterre de Bill Pritchard.
Qui dit Eté, dit forcément couché de soleil sur la plage. « Red Summer » évoque tout à fait cette quiétude estivale grâce à son incursion vers les rythmes bossa venus tout droit de la plage d’Ipanema. Comme un miracle n’arrive jamais seul, la fille d’Ipanema ressuscite le temps d’une collaboration mixte sous la voix de la chanteuse de jazz Susanne Shields.
L’année se termine bien trop vite avec l’arrivée de l’automne et la couleur orange des feuilles qui se ramassent à la pelle. Les arpèges cristallins de la guitare folk viennent clorent l’Ep avec une pointe de mélancolie Nick Drakienne.
Une année se termine. Le temps passe vite avec Popincourt. Heureusement qu’à l’image des saisons qui recommencent leur cycle chaque année, on ne se refuse pas de remettre le début de 4 Colours – 4 Seasons.

Damien

3 comments for “Les 4 saisons de Popincourt

  1. Valeano
    janvier 16, 2019 at 8:03

    Merci pour ce bon article et aussi cet élégant courage, par les temps qui piétinent, de transmettre ce qui n’est pas dans la ligne de la mode et des agents dont les pignons entravent la circulation dans les rues de la culture et du goût indépendant. Je complète en citant pour mémoire l’exceptionnel « A New Dimension to Modern Love ». Popincourt est un récidiviste qu’on n’arrête pas!

    • Ground Control To Major Tom
      janvier 17, 2019 at 2:46

      Salut Valeano et merci pour ces mots d’encouragement.

  2. VB
    janvier 16, 2019 at 8:03

    Merci pour ce bon article et aussi cet élégant courage, par les temps qui piétinent, de transmettre ce qui n’est pas dans la ligne de la mode et des agents dont les pignons entravent la circulation dans les rues de la culture et du goût indépendant. Je complète en citant pour mémoire l’exceptionnel « A New Dimension to Modern Love ». Popincourt est un récidiviste qu’on n’arrête pas!

Comments are closed.