Pixies :: Beneath the Eyrie

© Tavis Shinn

Que devons-nous attendre d’un groupe qui a connu son heure de gloire il y a trente ans et qui, après plusieurs années d’absence, s’évertue à retrouver la flamme éteinte avec des albums passables ?
Pas grand-chose à vrai dire. Surtout lorsqu’il s’agit des Pixies. Doit-on espérer une resucée des années glorieuses ou voulons-nous que le groupe tourne le dos à ses belles années pour nous offrir autre chose ? Votre réponse sera différente selon le rapport que vous entretenez avec leur discographie. Avec Beneath the Eyrie, les ex copains de Kim Deal ont semble-t-il choisi leur camp. Celui de fermer les yeux sur leur passé. Les membres de Pixies ont envie de voir ailleurs si les lutins sont plus heureux dans d’autres jardins. Finies les structures couplet lent/refrain rapide/couplet lent, même si le single ‘On Graveyard Hill’ laissait présager le contraire. En matière d’arrangements, Pixies préfèrent explorer des horizons plus conventionnels, des structures déjà entendues ailleurs et malheureusement souvent bien mieux visitées (‘This Is My Fate’, ‘Ready For Love’). Idem pour ce qui est des thèmes des chansons. Franck Black met de côté son goût prononcé pour les martiens et les ovnis. Dorénavant, il préfère parler de sorcelleries, d’âmes égarées et de mort, des sujets déjà bien traités par Nick Cave. Le costume gothico-urbain que revêt l’Australien est un peu trop grand pour Franck Black. On a du mal à croire à cette nouvelle source d’inspiration. On s’ennuie même parfois (‘Silver Bullet’, ‘Los Sufers Muertos’, ‘Daniel Boone’). Quelques titres sortent tout de même du lot. Le single ‘On Graveyard Hill’, et les titres ‘Long Rider’, ‘St Nazaire’, ‘Catfish Kate’ sont les mieux réussis, mais ce sont surtout ceux qui ressemblent le plus à ce que faisaient Pixies avant leur hiatus. Vous l’aurez compris.
Nous aussi nous avons choisi notre camp, et ce n’est pas celui du quatuor américain. On préfère encore et toujours tromper le monde en dansant la Bossanova ou surfer avec Rosa. I Bleed.

Damien