Overhead « Fancing The Grim »

Overhead Fancing The Grim
En 2002, autant dire il y a un siècle au train où vont les choses aujourd’hui, paraît Silent Witness. Un album qui imposait son compositeur comme une des principales révélations de cette année. Loué par toute la presse et souvent comparé à l’ange hydrophobe Jeff Buckley, Nicolas Leroux insuffla un vent d’intelligence dans le panorama rock français.

En 2004, parait No Time Between. Résolument plus rock et moins jazz, moins introspectif et plus extraverti, le deuxième album confirme le mélodiste hors pair qu’est Nicolas Leroux.

2012. Après avoir produit deux albums d’Alexandre Varlet (Ciel de Fête, Soleil Noir), et celui de Landscape, c’est l’heure pour Nicolas Leroux de se recentrer sur son projet désormais solo Overhead avec l’aide de Benoit Guivarch (Carp, Luxe) et Antoine Pasqualini (Arch Woodmann , Botibol , Luxe) .

Les cinq morceaux de Facing the Grim sont les prémices de l’album Death By Monkeys que l’on ne s’étonnait plus de ne plus voir venir. Encore plus rock que No Time Beetween, malgré un léger retour vers le jazz avec The Destroyer, Facing The Grim laisse présager un nouveau départ pour Nicolas Leroux. A tel point que l’on ne reconnaît plus sa tessiture vocale. Né d’un besoin d’expérimentation et de liberté, Facing The Grim a été écrit seul et porte en lui des ambiances alliant finesse (wainting for the flood) et esprit rageur (le merveilleux the wonderer et Other Dissidents).

Une hétérogénéité qui nuit peut-être à l’ensemble de l'EP et donne l’impression qu’Overhead ne sait plus choisir entre le rock frontal et la pop-jazzy délicate. Une impression vite pardonnée grâce au statut de songwriter d’exception acquis par Nicolas Leroux tout au long de sa carrière. On attend donc avec impatience et crainte Death By Monkeys.

Site