Ongakotaku :: June Chikuma, Hose, Terushisa Fukuda

JUNE CHIKUMA Les Archives LP+7’ (Freedom To Spend)

Que trouve-t-on dans les archives de Jun Chikuma, célèbre compositrice des musiques du jeu vidéo Bomberman, Adventure Island ou bien encore Faxanadu ? Un disque appelé Divertimento paru sous pseudonyme Atsushi Chikuma sur le label Picture (propriété intellectuelle du respecté musicien Toru Hatano) en 1986, et réédité aujourd’hui dans une expanded version aussi belle que cryptique. Trois des quatre compositions initiales versent dans une sorte de chiptune étrangement barrée, un peu comme si le Joe Hisaishi de Kissho Tennyo s’était mis à illustrer les cauchemars du plombier moustachu à la casquette rouge que tout le monde connaît. En comparaison, Mujo To Ifukoto (premier inédit) sonne très cinématographique et apaisé, utilisant des ressorts bien plus mélodiques que rythmiques. Une réponse toute trouvée à Climb Down et ses violons d’outre-espace très Erik Satie, clôturant magnifiquement l’album initial ainsi que la seconde face de cette réédition. Les deux autres inédits présents sur le 45 tours bonus, Oddman Hypothesis et Dual Use, évoluent à la fois dans une sphère mélancolique typiquement « hisaishienne » (pour le premier, qui n’aurait d’ailleurs pas fait pitié sur la bande originale de Sonatine) et fondamentalement primesautière (pour le second, tel un cut non-utilisé pour un Ghibli jamais sorti en salle).
Toujours active, même si retirée de la musique de jeu vidéo, June Chikuma dédie aujourd’hui pleinement son temps à son amour de la musique arabe via son trio féminin Le Club Bachraf et le label Pastorale Records.

HOSE The Old Ones: Forgotten Recordings Of Hose 2LP (Headz / Unknown Mix)

De l’underground japonais naîtra la lumière aveuglante et destructrice qui viendra cramer ce putain de monde confortablement uniformisé dans lequel s’est lové le jazz moderne et sa nouvelle bourgeoisie (Kamasi Washington, Kamaal Williams, BadBadNotGood). Soyons honnêtes deux petites secondes, personne n’a jamais entendu parler du quintet Hose, auteur de trois albums pétés du bulbe pour Headz et Unknown Mix entre 2007 et 2012. Cette compilation d’enregistrements méconnus voire inédits est là pour te le rappeler et changer l’ordre de ton monde. Après avoir ingurgité ces quatre faces déglinguées, rien ne sera jamais plus comme avant. L’approche est viscéralement punk et avant-gardiste (les cris, les chuchotements, les explosions de sons), les influences sont multiples et traditionnelles (au sens ethno du terme ; on y entend du balkanisme autant que du sud-américanisme), le but n’est pas vraiment clair mais l’on sent la volonté impérieuse à la fois d’expulser ses démons et de conter une histoire, aussi invraisemblable soit-elle. Une basse, une guitare, deux cuivres, un bodhran et beaucoup de liberté, comme si les types n’avaient jamais écouté de musique mais que celle-ci s’imposait d’elle-même à eux, telle une épiphanie. C’est bien de cette lumière dont je parlais en préambule, et elle t’irradie déjà la gueule sans que tu ne t’en rendes vraiment compte. La transe est désarticulée, le rythme est répétitif, mais chaque seconde passée ne ressemble pas à la précédente. Jamais. Le minimalisme et la musique contemporaine ne sont jamais très loin non plus, entre ces mélodies disjointes qui parfois s’unissent dans une absolue beauté (Golem Hunt) et cet hypnotisme fait souffle (A Thing That Is Not As It Used To… Oui, ça ferait un beau titre d’expo). Encore un bel exemple d’art brut en musique, à l’instar de notre ami Minoru Fushimi dont on parlait il y a deux semaines de ça. Mais se connaissent-ils seulement ?

TERUHISA FUKUDA Offrande Musicale 2LP (VDE-Gallo)

Tu te souviens avec émotion de la célèbre collection Musiques Traditionnelles Vivantes du label-maison de Radio France, Ocora ? Les Suisses de VDE-Gallo se proposent de te faire revivre cette épopée hors du temps et des modes par le truchement d’Offrande Musicale, compilation de morceaux traditionnels offerts en performance au joueur de shakuhachi Teruhisa Fukuda (également membre de l’Ensemble Hijiri-Kai et, tiens c’est drôle ça !, ayant déjà sorti un disque chez Ocora en 2003). Spirituelles, ces pièces de douceur infinies s’apprécient d’autant plus en pleine nuit ou après une sévère engueulade avec quelqu’un, remettent les chakras en place et les conflits en perspective.

Florian