Oly Sancho :: On n’a pas perdu de vue l’essentiel

Dix ans qu’Oly Sancho sème son folk dylanien sans vraiment récolter ce qu’il mérite. Dix ans de poésie guidée par l’errance solitaire cherchant la réponse à donner à un monde qui s’enfonce. La quête est ardue, mais heureusement Oly Sancho a toujours la lumière au fond de lui pour redonner un encouragement à la vie.
Après quatre albums en poche (Sancho (2009), Le coeur en grève (2011), Bonheur et circonstances (2014), Encouragement à la vie (2017)), l’homme de l’est décide non pas d’enregistrer de nouvelles compositions mais de réorchestrer plusieurs titres comme pour faire le bilan d’une carrière exemplaire. Il faudra donc encore attendre pour entendre des inédits. Pour ce On n’a pas perdu de vue l’essentiel, Oly Sancho a préféré s’entourer de ses plus fidèles musiciens pour réarranger onze titres de sa discographie. Le résultat offert aujourd’hui est une réorchestration simple sans être ascétique mais ô combien riche d’authencité. Ce que les morceaux perdent en arrangement d’un côté, ils le gagnent en véracité de l’autre. Seulement accompagné d’un violoncelle, d’une guitare électrique et d’un soupçon de batterie, Oly Sancho épure ses morceaux comme pour aller à l’origine des choses, histoire de ne pas perdre l’essentiel de ce qui fait le sel de son œuvre : la liberté, la sincérité, la poésie voyageuse. Le phrasé et les textes sont les grands gagnants de cette nouvelle mouture sonore plus que touchante. Il nous aura fallu attendre dix ans pour écouter la musique du rombasien comme on a toujours voulu secrètement l’entendre. Oly Sancho joue enfin une musique à son image : authentique, sincère et libre à la fois.

Damien