NZCA/LINES « NZCA/LINES »

Nzcalines_images
Lorsqu’il ne tient pas la basse au sein des Your Twenties fondé par son demi-frère et ex-Metronomy Gabriel Stebbing, Michael Lovett fait des remixes pour Black Devil Disco Club mais se lance surtout dans son projet NZCA/LINES. Annoncé comme espoir 2012 dans ce même blog sur la foi d’un seul single, NZCA/LINES confirme tout le bien que l’on pensait de lui avec son premier album éponyme. Aussi bien influencé par le pire (les chanteuses R’n’B comme Aaliyah, Rihanna ou Beyonce) que le meilleur (Aphex Twin, DMX-Krew…), Michael Lovett transforme en or ses goûts contre-nature. Dés l’inaugural Compass Points, on est sûr de détenir là le dernier petit prodige de l’électro comme l’a été en son temps Jacques Lu Cont. Mélangeant le bon et le mauvais goût à l’instar d’un Scritti Politti sur Cupi & Psyche, NZCA/LINES incorpore au chant R’n’B quelque chose de sérieusement intelligent et cérébral (Les Villes Invisibles d’Italo Calvino (1972) est une source majeure de l’album) sur des rythmes electro-pop sexy et post-apocalyptiques. Compass Points finit de définir The English Riviera comme un des points cardinaux de la pop moderne et Okinawa Channels rappelle qu’Hot Chip était un très bon groupe au début de leur carrière. En parfait dandy synthétique, Michael Lovett, entouré d’Ash Workman (Simian Mobile Disco, Metronomy) et de Charlie Alex March, nous donne la première gifle de l’année 2012.

NZCA LINES