Mineral « Plastic-Ekphrastic »

Voici un disque jubilatoire à l’image du premier titre ‘Serial Monkey’. En effet, ce premier album de Mineral, nouveau projet de Craig Walker (Archive, Power of Dreams), réserve de nombreuses surprises.

Nouvelle trouvaille d’Alan Mc Gee (Creation Records) signée sur son nouveau label 359  Music, ce groupe électro pop aligne 10 titres impeccablement réalisés et parfois surprenants.

Dès le second titre ‘Atoms’ qui affiche plus de 13 minutes au compteur, on comprend mieux les influences diverses revendiquées par le groupe (Talking Heads , Syd Barrett , Kraftwerk , Pixies).
Ce titre fleure bon l’univers floydien mais contrairement à ce qui est annoncé l’influence est puisée dans la période post Barrett  créant un cocktail prog/éléctro/pop loin d’être déplaisant. On pense parfois au ‘Never as tired as I wake up’ de l’album éponyme de LCD Soundsystem (L’esprit de Richard Wright plane au dessus des passages ambiants).
La voix de Sophie Armelle complète admirablement celle de Walker que ce soit sur l’obsédant ‘Bleeding the Beast’ ou sur le bien nommé ‘Cynical’.

Le superbe ‘Mi-Clos’ et son texte en français offre une respiration au sein de l’album avant de rentrer dans le vif du sujet sur ‘Stone’ dans lequel programmations, guitares nylon et chaos électrique cohabitent étrangement.

On revient vers une électro pop plus conventionnelle sur le titre ‘1989’ (quelle  belle année..) et une fin d’album plus en demi-teinte notamment le ‘Plastic Ekphrastic’ qui donne son nom au disque.
Ce titre ne tient pas les promesses tenues par les précédents même si l’on peut imaginer que le groupe pourrait de nouveau surprendre à l’avenir comme sur ‘Atoms’.

Au final cet album ravira les fans d’Archive et contentera les fans frustrés de James Murphy qui passeront en boucle le titre ‘Serial Monkey’ les prochaines semaines en attendant un deuxième album plus concis et direct.

Cyrille

Site