Mermonte – Audiorama

mermonte-audiorama

Ghislain Fracapane, tête pensante du projet Mermonte, a mis près de trois ans pour enregistrer son premier album. Acclamé depuis par tout un pan de la presse musicale, il lui a fallu moins de temps pour donner suite à un album inépuisable qui fut en son temps une véritable surprise.

De surprise, il n’en est plus vraiment question avec Audiorama. We’re on The Same Way était un morceau du premier disque. Celui-ci pourrait sous-titrer le second album tant Memonte poursuit la veine pop orchestrale et classieuse rappelant parfois le post-rock de Tortoise et les sonorités d’Efterklang.  La surprise n’est certes plus au rendez-vous, mais pourquoi se priverait-on de belles retrouvailles en allant voir ailleurs si les rivages sont plus beaux ? Loin de nous cette pensée. L’être humain cherche toujours à retrouver ses meilleurs souvenirs et revenir aux choses qui l’ont ému. Ghislain Fracapane a fait de même et rend hommage aux proches qui l’ont touché en donnant leur nom aux dix nouveaux morceaux qui composent Audiorama. Karel Fracapane, Gaétan Heuzé, Cécile Arendarski, sont quelques noms qui permettent à l’auditeur de rentrer dans l’intimité proche de l’artiste. Tout au long de cet album bien trop court, on se prend à essayer de deviner et apprendre à connaître les différents caractères de cette fratrie en juxtaposant les mélodies aux noms.

Avec ses différentes personnalités, Audiorama est par conséquent un album au climat changeant. On passe des guitares mathématiques de Fanny Giroud à l’univers mystique de Jérôme Bessout, sans oublier le sommet métronomique qu’est Angélique Beaulieu.

Grâce à un  harmonieux mélange d’influences diverses (Steve Reich, Neurosis, Nick Drake et Can…) passées au prisme d’une pop sophistiquée, Mermonte redéfinit les contours d’une écriture pop moderne tout en rendant sa musique belle et intelligente.

Damien

Site