Melted Toys – S/T

Melted Toys

En 2011, on écoutait grâce à Atelier Ciseaux un split single regroupant les San Franciscains de Melted Toys et Dominant Legs. C’est à ce moment-là que commença notre amour pour les deux groupes. Si Dominant Legs a très vite sorti son premier album, il nous a fallu attendre plus longtemps pour retrouver une trace discographique du quatuor composé de Steven Harkins (chant, touches, guitare), Daniel Rosado (guitare), Ole Haarstad (batterie), et Brian Wakefield (basse). Deux étés et un EP (Washed & Dried) après, voici que Melted Toys met fin à un hiatus avec l’arrivée du très attendu premier album.

Il faut dire que la période de trois années d’attente n’était pas nécessairement prévue au départ. Après avoir perdu dans un train l’ordinateur portable contenant l’essentiel du travail initial, le groupe a déménagé à Los Angeles. Durant cette période de doute, Steven Harkins en a profité pour voyager en Asie et recomposer une partie de l’album. Complètement immergé dans ce qui l’entourait, Steven a réécrit l’essentiel des morceaux avec la guitare de son beau-père, ancien rocker taïwanais dans les années 60. Le dépaysement que connu Steven lorsqu’il composa les nouveaux morceaux, on le retrouve dans les douze titres enveloppés d’une nonchalance réverbérée. Douceur de vivre et onirisme ensoleillés sont ici bercés par une guitare cristalline.  Du presque rageur Horizons au vaporeux Citrus Honeymoon, Melted Toys s’impose avec une facilité éclatante sur le même terrain cotonneux que Real Estate.

Tout ici n’est que finesse pop où insouciance et légèreté sont les maîtres mots. Melted Toys dévoile avec son premier long format les mélodies d’un spleen idéal, un peu comme celui qui nous submerge lorsque l’on rêve d’un été sans fin.

Damien

Atelier Ciseaux

Underwater Peoples

Son