Matthieu Malon :: Désamour

© Stéphane Merveille

Matthieu Malon et Robert Smith ont pas mal de choses en commun. Une attirance pour le gris, le noir et le spleen. Ils partagent aussi des sonorités de guitares et de claviers  type analogiques, entendues au gré des albums de The Cure comme Faith et Seventeen Seconds.

Les comparaisons s’arrêtent là.

Désamour, c’est l’histoire d’une rupture. En neuf titres, l’auditeur devient  témoin du clash d’un couple et de ses conséquences. Le phrasé parler-chanter renforce la trame mélancolique  et est parfaitement maîtrise. L’ombre de Daniel Darc et Diabologum plane sur Désamour, son quatrième album.

A l’écoute du premier titre « Ouverture », les voix off et les  nappes synthétiques posent l’atmosphère. Plombée l’atmosphère. « Dégage »,  le meilleur titre de l’album, lâche les guitares cinglantes et les claviers s’envolent  sur un rythme soutenu. Les déchirements du couple se règlent sous le  coup de mots violents.  « La Syncope » ou le choc après le tumulte, s’articule autour de riffs tendus de guitares rappelant Sonic Youth.  Qui pousse à « La Fugue » aux réminiscences Joy Division – la basse- qui vous emportent dans une fuite, en solitaire. Les  mots sont justes, naviguent dans la tourmente. Justement à « L’Electron », bar ou l’on écoute Kruder Und Dorfmeister. Retour sur ces soirées ou tout semble possible, mais se terminent  dans la déréliction.  Dernier Uppercut  son album sorti en 2014, nous revient en pleine face sur « La Coureuse », le son y est plus clair et pop, l’influence de Taxi Girl y est sous jacente sur le refrain. Les trois derniers titres de l’album célèbrent un retour a une vie d’avant, guitares debout, sentiments en cure de désintox -« Désamour »- , les synthétiseurs manient la couleur froide, déjà vu et entendu sur « Cold » du cultissime Pornography, sur le titre au nom déroutant « Et Ce Tee Shirt De Sonic Youth », pour finir en beauté et  en bonne compagnie virtuelle dans un tourbillon sonore ,qui dure plus de sept minutes – « Un Essai Gratuit ».

Matthieu Malon aura réussi le pari fou de nous plomber le moral à travers neuf titres d’une exceptionnelle puissance émotive. Vivement la suite qu’on se marre à nouveau. Ou pas.

Mathieu