Marietta :: Basement Dreams Are The Bedroom Cream

Alors que l’on attend le nouvel album de The Feeling Of Love, certains membres du groupe messin s’offrent quelques belles échappées. Seb Normal vient juste d’emprunter Le Chemin de La Honte sur le label Danger Records alors que Guillaume Marietta reste fidèle à l’incontournable structure parisienne Born Bad et nous livre des Basement Tapes rêveuses.

© Myriam Tirler

© Myriam Tirler

Sous son nom civil, Guillaume Marietta retrouve un projet introspectif et solitaire comme au début de The Feeling Of Love. Comme son titre le sous-entend, Basement Dreams Are The Bedroom Cream est un album fabriqué à la maison dans la plus pure tradition lo-fi. Mais ne voyez pas ici des morceaux squelettiques et mal enregistrés à la manière de Sentridoh et Daniel Johnston. Ici, l’esprit lo-fi est à retrouver dans la manière que Guillaume Marietta a de composer seul chez lui les morceaux, sans réel but discographique. Le son lo-fi ne saute pas vraiment aux oreilles sur les morceaux mixés par Olivier Demeaux (Cheveu). Mais l’authenticité et la sincérité sont au rendez-vous. A l’instar de Ty Segall avec son album Sleeper, Guillaume Marietta explore des mélodies graciles et plus folks que celles qu’il compose pour The Feeling Of Love. Basement Dreams Are The Bedroom Cream apparait comme un album habité que seul un artiste libre peut écrire. Dans sa globalité, on pense à Skip Spence et son album emprunt de folie : Oar. Des clins d’œil, plus ou moins prononcés, renvoient à d’autres grands morceaux psychédéliques comme la voix d’In Another Land des Rolling Stones sur Father ou le final très Strawberry Fields Forever de The NBA Conspiracy.
On se surprend de ne pas vraiment retrouver quelques influences du The Velvet Underground pourtant très présentes dans The Feeling Of Love.
Mais Basement Dreams Are The Bedroom Cream n’est pas seulement un album qui rappelle d’autres grands disques psychédéliques d’hier et d’aujourd’hui. C’est surtout un grand disque d’un artiste en pleine possession de ses moyens, avançant comme un seul homme avec pour seul leitmotiv, composer de grands morceaux en solo ou avec ses multiples formations.

Damien

casque1