Manson’s Child :: Catalog

Il est temps de vérifier les comptes pour Manson’s Child.  De regarder si le retour sur investissement de cette petite Factory qui ne connaît pas la crise est profitable. Le groupe colmarien, par l’intermédiaire du label Médiapop Records, fouille dans sa discographie et publie un Catalog à la fois raisonné et plus que raisonnable de son œuvre. Il faut dire que la bande à Mathieu Marmillot a le choix dans cette discographie exemplaire. Activiste forcené de l’international pop pendant de nombreuses années,  Manson’s Child a eu quelques bons moments durant sa carrière comme partager l’affiche avec Stereolab.
Mais ce qui est surtout intéressant à soulever avec cette compilation, c’est que tous les morceaux n’ont pas terni au fil des années. Il y a toujours cette fraîcheur pop qui est certainement due aux multiples influences indémodables qui nourrissent le groupe. Des influences qui vont des buzzcocks à Stereolab en passant par tout ce qui a pu être fait chez Creation et le label Factory de Tony Wilson.  Manson’s Child voue un culte à tout ce qu’il peut se faire de bon dans la Perfide Albion. Ce n’est pas la basse Hookienne sur Jenifer ou la reprise de Noise of Carpet de Stereolab qui va contredire ces propos. Des influences bien présentes à leurs débuts qui s’estompent heureusement au fil des années.  Manson’s Child se libère de plus en plus de ses influences au fur et à mesure que l’on avance vers les productions récentes et finit par offrir quelque chose de vraiment personnel.  Il suffit d’écouter les deux inédits sortis en 2017 et placés judicieusement en fin de parcours comme s’ils annonçaient une nouvelle direction pour les Alsaciens.  Europans et Poster sont, comme la reprise des Olivensteins, les plus belles surprises de ce Catalog qui, on l’espère, est synonyme d’un nouveau départ pour Manson’s Child.

Damien