Lucy Dacus :: No Burden

lucy dacus electrophone

Lucy Dacus ou l’ascension fulgurante d’une artiste dont on ignorait encore tout jusqu’à l’année dernière.
Il n’y a encore pas si longtemps de cela, Lucy Dacus était une étudiante en cinéma qui avait décidé de monter sur scène pour chanter ses propres pop songs qu’elle composait seule de son côté. À peine six mois après s’être jetée dans le bain de la musique, le label EggHunt Records l’envoie au studio Starstruck à Nashville pour enregistrer ses premiers morceaux. Il n’a pas fallu plus de temps pour qu’elle soit repérée par le label Matador et que celui-ci décide de sortir son premier album : No Burden. Tout est allé très vite pour la toute jeune brunette aux faux airs de Courtney Barnett.
Car oui, c’est tout légitimement que l’on songe à l’Australienne dès que l’on écoute les premières mesures de No Burden. Mais la comparaison s’arrête là. Quand l’une (Courtney Barnett) installe toujours une pincée d’humour et d’autodérision dans ses morceaux, l’autre (Lucy Dacus) reste sérieuse et considère la musique comme un moyen propice à l’introspection. Le message est très clair dès l’entame de l’album avec ce I Don’t Wanna Be Funny Anymore.
Enregistré en seulement une journée, No Burden dévoile une artiste adepte des questions sur sa propre personne. Tout ici se dévoile avec une grande sincérité. D’abord tout en électricité, No Burden avance de plus en plus dans l’introspection avec des instants plus calmes et plus folk. C’est justement dans ces moments-là que la native de Richmond est la plus touchante. Déjà éprise d’une profonde maturité du haut de ses 21 ans, Lucy Dacus impose des climats sensibles et déchirants comme sur le bouleversant Trust. Un morceau dans lequel elle chante  If beauty is the only way / to make the nightmares go away, / I’ll plant a garden in your brain /  and let the roots absorb the pain. Lucy Dacus a tellement bien réussi ses premières plantations que l’on veut bien qu’elle continue à cultiver notre jardin encore très longtemps.

Damien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.