Lower Dens « Nootropics »

Nootropics cover
Lower Dens est arrivé sur la scène indé comme un cheveu sur la soupe. Alors que l’on n’attendait pas le groupe, les cinq Américains de Baltimore livrent en 2010 l’album Twin-Hand Movement, véritable trésor réverbéré  pour tout ceux qui l'ont écouté. Après un changement de label, de line-up et le recrutement de Drew Brown (Beck, The Books) comme producteur, Lower Dens se lance dans l’écriture d’un album où l’instrument de prédilection est désormais le sacro-synthétiseur.

L’envoûtement est total dès les premières notes de l’inaugural Alphabet Song. C’est une prise de possession presque chamanique du corps et de l’esprit par la voix de Jana Hunter alors que le rythme cardiaque s’envole avec Brains. Nootropics déstabilise autant qu’il hypnotise. A l’instar de Deerhunter et Beach House, Lower Dens déploie des ambiances crépusculaires et claires obscures. Plus souvent à l’ombre qu’à la lumière, Nootropics passe du détachement atmosphérique façon Low avec Lamb à une reformulation kraut-pop avec Stem. C’est peu dire que les nuits de Lower Dens sont plus belles que nos jours lorsque l’on écoute l’achèvement final et sommet du second album : The End is The Beginning. Pur moment d’apesanteur annonçant que la fin n’est rien d’autre que le commencement. Un peu comme lorsque l’on appuie sur la touche replay à la fin de Nootropics.

Site

LOWER_DENS_bw-Sean_Donnola_SMALL1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.