LoMB :: Cuts

LoMB est la contraction du nom de Giuseppe Lombardo. Cet artiste ne vous dit sans doute rien, mais pour certains Italiens il veut dire beaucoup. Guiseppe Lombardo a évolué dans les années 90 sur la scène avant-garde avec son groupe post-punk Nerves Korut dont l’un des morceaux a été produit par Don Zientara de Fugazi. Il joue ensuite au sein de Plank, Baffos ou encore Ute Puta. Avec ses formations, il partage la scène avec Sonic Youth, Wire, Melt Banana… La dernière trace discographique de Giuseppe Lombardo qui nous était parvenue jusqu’ici, venait du groupe Zuma avec son album Less Is More (2014). Un album sombre et intense qui faisait la part belle à la alt-country, le rock et le blues. Giuseppe Lombardo reste fidèle à ses styles pour nous offrir son premier album solo Cuts. Le premier single ‘I Don’t Wanna Call You’ installe tout de suite l’ambiance d’un album marqué par la noirceur. Une noirceur qui fait écho à celle que l’on aime entendre chez Nick Cave circa Murder Ballads. C’est à cet album de l’Australien que l’on pense immédiatement à l’écoute de ‘Who Knows’. On jurerait entendre Alexandre Hacke chanter avec l’Italien. Heureusement Guiseppe Lombardo s’éloigne de ses influences pour se diriger vers quelque chose de plus personnel. Cela est particulièrement visible avec la reprise méconnaissable de ‘Five Years’ de David Bowie. Cette relecture nous fait comprendre que Giuseppe Lombardo n’est pas seulement un artiste influencé par ses idoles mais qu’il sait nous emmener vers une entité originale et singulière. Une entité proche de celle d’un Sparklehorse mélancolique (‘Princess’) ou d’un Tom Waits folk (‘What Does It Matter’). Très vite, on se prend à imaginer ce que pourrait donner une collaboration LoMB – John Parish. Une collaboration que l’on espère entendre un jour. Tant le monde de ces deux artistes pourraient faire des miracles ensemble.

Damien