Livre-toi :: Brother Dege

En ces temps confinés où l’on pense que l’essentiel est ailleurs, la culture souffre sans avoir vraiment les armes pour lutter.
On ferme les salles de concerts, les disquaires, les librairies sous prétexte qu’ils délivrent des « produits » dispensables à la vie de tous les jours.
Electrophone est évidemment convaincu du contraire et ne peut exister sans musique et sans livres.
On aimerait profiter de ces instants troublés pour demander à quelques artistes et acteurs de la vie musicale quels rapports ils entretiennent avec la littérature.

Dege Legg, alias Brother Dege, est un musicien que l’on pourrait dire de blues rock mais qui s’extrait régulièrement de ce carcan pour se trouver à la croisée des genres. Il nous vient du Sud profond des Etats-Unis et a notamment été mis sous le feu des projecteurs à travers la bande son du film Django Unchained de Quentin Tarantino. Quand il n’est pas musicien, Dege Legg est également écrivain et a déjà plusieurs livres à son actif. En 2020 il a publié Cablog : Diary of a cab driver qui n’est ni plus, ni moins, que son journal dans lequel il raconte ses cinq années en tant que chauffeur de taxi dans le Sud de la Louisiane.

Votre livre préféré et pourquoi ?

Trop nombreux pour tous les nommer. Tropique du Cancer (H. Miller),  Souvenirs d’un pas grand chose (Bukowski), Visions de Cody et Tristessa (Kerouac), Voyage au bout de la nuit (Céline), Cent ans de solitude (Marquez) et bien d’autres.

Votre auteur préféré et pourquoi ?

Difficile d’en choisir un, mais je suppose que Gabriel Garcia Marquez pour son humour, sa maîtrise de la langue et son imagination incroyable. Il était génial et hilarant sans même chercher à l’être. Chaque livre est une pépite, même Récit d’un naufragé.

L’écrivain que vous auriez aimé être ?

Aucun. Tous les bons vivent une vie si dure et ont traversé tant de souffrances, je ne sais pas si je veux répéter leurs cauchemars. J’ai les miens, alors je vais simplement garder les miens et essayer d’en tirer le meilleur parti.

Roman, biographie, science-fiction, BD… ? Quel genre préférez-vous ?

Quand j’étais plus jeune, j’aimais la fiction crue, écrite par des tordus et des étrangers. Mais à ce stade, j’ai l’impression d’avoir trop vécu ma propre vie de folie pour m’exciter autant sur les histoires de fiction… à moins qu’elles ne soient vraiment bonnes ou expérimentales sous une forme qui les rend intéressantes. Alors maintenant, je lis des livres de non-fiction loufoques sur des personnes intéressantes: biographies, mémoires, exploration polaire du 20e siècle (des mecs coincés sur la glace), des mémoires de survie (des mecs coincés dans des montagnes), bla, bla.

Le premier livre que vous avez acheté ou reçu en cadeau ?

Je ne me souviens plus. Je déteste l’admettre, mais comme je n’avais pas beaucoup d’argent, j’ai volé beaucoup de mes livres dans les librairies. C’était probablement un livre de l’un des Beatniks. Je me souviens qu’Abbie Hoffman avait un livre intitulé Volez ce livre, et je l’ai volé.

Vous est-il déjà arrivé qu’un livre provoque chez vous l’envie de composer une musique ou d’écrire un texte ?

Peut être. J’ai emprunté le titre du poème de Jack Kerouac Old angel midnight (Vieil ange de minuit) pour ma propre chanson du même nom. Ils n’ont pas grand chose en commun, mais j’ai été inspiré par le titre cool. Un bon titre, c’est la moitié de la bataille.

Quel est votre environnement idéal pour lire ?

Sur un canapé près d’une grande fenêtre ouverte, avec beaucoup de soleil, avec de petits bruits atmosphériques en arrière-plan, comme des oiseaux ou une fontaine d’eau.

Quel livre pourriez-vous offrir à chaque fois et pourquoi ?

Récit d’un naufragé de Gabriel Garcia Marquez. C’est si bon. Et ça va vite. Achetez-le pour un ami.

Quel livre offririez-vous à votre pire ennemi et pourquoi ?

Beurk. Je ne sais pas. Peut-être quelque chose comme La bible satanique – même si je ne suis pas dans ce genre de choses. Ou quelque chose de vraiment ennuyeux comme Billy Budd, marin par Herman Melville.

Le dernier livre acheté ? Que raconte-il ?

Un gringo dans la Sierra Madre : Au coeur d’un Mexique sans foi ni loi de Richard Grant. Tellement bon. C’est un récit non-fictif des voyages de ce type à travers les montagnes du Mexique.

Propos recueillis par Jocelyn H.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.