Linda Perhacs « The Soul Of All Natural Things »

Linda Perhacs The Soul Of All Natural Things

Depuis 2005, Linda Perhacs vit sur un petit nuage grâce au label Wild Places qui a réédité son premier album, Parallelograms, sorti il y a 44 ans. Jusque-là l’Américaine était tombée dans les limbes remplis d’artistes oubliés. Victime à l’époque d’un manque de promotion autour de son unique album et aussi d’un embouteillage de folkeuses plus ou moins intéressantes (Joni Mitchell, Carole King Buffy Sainte-Marie, Judee Sill…), Linda Perhacs était repartie à ses études de dentaire en serrant les dents dans une Californie où il est préférable d’avoir le sourire ultra brite que de sortir un disque de folk pastoral.

Redécouvert depuis par toute une génération, Parallelograms est devenu un album mythique pour des artistes comme Devendra Banhart qui l’invite à faire les chœurs sur son album Smokey Rolls Down Thunder Canyon, mais aussi les Daft Punk qui incluent If You Were My Man sur la bande originale de leur film Electroma. Tout le milieu indie reçoit en pleine gencive cette œuvre hippie remplie d’amour et d’eau fraîche où se confrontent les éléments, la nature et la solitude. A cette époque Linda Perhacs en connaissait un rayon sur le pouvoir des fleurs à la différence de celui qui passe ses Nuits sans Kim Wilde.

Aujourd’hui, c’est l’heure de la revanche pour Linda Perhacs. On se bouscule dans son cabinet. Non pas pour entendre le bruit de la roulette sur nos dents cariées par trop de sucreries indigestes mais plutôt pour les délicates ballades qui peuplent ce The Soul Of All Natural Things. Linda Perhacs a su rester simple et écrire des morceaux pourvus d’une âme. Elle a vieilli et ne se promène plus en petite tenue sur sa pochette. Mais sa voix est restée aussi pure qu’au début et se marie à merveille avec les voix angéliques de Julia Holter et Nite Jewel. Ces collaborations reconnectent Linda Perhacs avec cette nouvelle scène folk qui lui doit tant.

Linda Perhacs n’est pas seulement revenue pour nous divertir. Selon l’ancienne hippie, qui rappelle dans sa démarche le grand retour de Bill Fay, elle est parmi nous pour élever nos âmes. « My music isn’t just recreational, it’s not just entertainment. I have a deeper purpose. My soul is giving itself to the people. I want them to be helped, I want them to be lifted. » Un sentiment que l’on éprouve aisément à l’écoute de ces dix morceaux cristallins et célestes.

Damien

Site