Les pochettes de Barry Feinstein

rectangle

À la Galerie de L’Instant à Paris, sont exposées actuellement des photos jamais publiées de Barry Feinstein, montrant son étroite amitié avec Steve Mc Queen.
Barry Feinstein est connu pour ses clichés de star du cinéma. C’est d’ailleurs dans ce milieu qu’il commence sa carrière de photographe dans les années 50. Il travaille pour Life, et ensuite il décroche un emploi d’assistant de production chez Columbia Pictures. Steve Mc Queen donc, mais aussi Judy Garland, Marlon Brando ou encore Marlene Dietrich sont passés devant son objectif. Déjà son style photographique se développe et ce qui l’intéresse à Hollywood, ce n’est pas le glamour mais ce qu’il y a derrière. Ce que personne ne regarde.

Cette philosophie, on la retrouve dans l’exceptionnel reportage photographique de la tournée anglaise de Bob Dylan en 1966. Celle-là même où l’Américain se fit huer et traiter de judas parce qu’il avait électrifié son folk (un conseil regardez No Direction Home de Martin Scorsese).
Les deux hommes se sont rencontrés bien avant grâce à Albert Grossman, alors manager du Zim. Le fruit de cette rencontre débute quelques années plus tôt avec la photo qui illustre la pochette du troisième album de Bob Dylan The Times They Are a-Changin’ (1964). Dylan dit des images de Barry qu’elles lui rappelaient celles de Robert Franck, photographe proche du mouvement Beat Generation.

BobDylan_TheTimesTheyAreAChangin-500x500
The Times They Are a-Changin’ n’est pas la première pochette illustrée par une photo de Barry Feinstein. D’après le site discogs, la première photo de Barry Feinstein sur une pochette est celle de l’album du jazzman Red Mitchell Rejoice ! (1961). Suit une série de pochettes pour Peter Paul & Mary ou encore pour les inconnus Barry And The Tamerlanes
Ce ne sont pas ces pochettes qui feront connaître Barry Feinstein. Ce n’est qu’à partir de The Times They Are a-Changin’ que Barry Feinstein va devenir un photographe reconnu et apprécié.
Après 1964, on retrouve les photos de Barry Feinstein sur plusieurs albums cultes des années 60 et 70. The Byrds lui confient la pochette fish eye de Mr Tambourine Man (1965).
Une des plus connues est celle de l’album All Things Must Pass (1970) de George Harrison. Un jour, Barry Feinstein est chez l’ex-Beatles. Celui-ci reçoit un appel téléphonique lui demandant s’il était prêt à racheter les nains de jardin de Friar Park, parc se trouvant en face de sa demeure. George Harison répond oui. Les vendeurs les déposent sur sa pelouse. Barry Feinstein et George Harrison sortent de la maison. La photo est toute trouvée. Pas plus, pas moins. Spontanéité et efficacité. De cette rencontre naîtra une autre collaboration puisque George Harrison fera appel à Barry pour la pochette de The Concert For Bangla Desh.

bf
La plus émouvante des photos de Barry Feinstein, c’est certainement celle qui illustre l’album Pearl représentant une Janis Joplin hilare et allongée sur un divan la veille de sa mort.
Barry Feinstein ne se restreint à aucun style et aucun artiste. Si aujourd’hui on l’assimile volontiers à Bob Dylan, Bary Feinstein s’ouvre à plusieurs groupes et plusieurs styles. Il crée même une boîte de design, Camouflage Productions, avec son ami Tom Wilkes. Tous deux s’occupent des pochettes des Crusaders, (Pass The Plate – 1971), Jimi Hendrix (In The West – 1971), Gram Parsons (GP – 1973) ou encore le premier album solo d’Eric Clapton (Eric Clapton – 1970). Une de ses photos fera même très longtemps l’objet de la censure dans l’Angleterre puritaine : celle des toilettes remplies de graffitis de l’album Beggars Banquet des Rolling Stones.
On dénombre presque 500 pochettes de disques illustrées par des photos de Barry Feinstein. Comme beaucoup de photographes reconnus aujourd’hui, Barry Feinstein était là au bon moment et à la bonne place. Témoin de sa génération, il a pu souligner à travers ses photos la spontanéité et la richesse musicale de son époque.
« Je voulais que mes photos disent quelque chose», « Je ne fais pas de portrait. Il n’y a rien, pas de sentiment dans ces images. J’étais plus intéressé par la capture du moment ». a écrit Barry Feinstein.

Damien

2 comments for “Les pochettes de Barry Feinstein

Comments are closed.