Les Olivensteins :: Inavalable

L’historique label Smap sort Inavalable,  premier album des Olivensteins ou le retour du plus illustre groupe Punk français, soit 38 ans après la sortie de leur unique 45t en 1978, suivi d’une compilation en 2011 chez Born Bad.

L’écoute de « Je Ne Veux Pas De Catalogue » rassure de suite. Même si le titre est ancien et date des Gloires Locales, excroissance des Olivensteins. La version proposée gagne en dynamisme, les guitares de Vincent Denis sonnent comme celles des Buzzcocks vs Dogs. L’apparition d’un orgue Farfisa encre le groupe dans des volutes 60’s. Gilles Tandy chante comme un morveux Punk à la voix plus crayeuse. Et la section rythmique fait son boulot, sans demander son reste. « Je Hais Les Fils de Riches «, «  Jolis Cœurs » complètent la liste d’anciens titres inédits.

Et les nouveaux ? Citons « Pourquoi Penser A Moi » et son hommage rythmique  à Bo Diddley ou « Je Suis Juste » qui nous fait penser à  Dutronc. On retrouve même le son des guitares du « Mean Time » des Barracudas sur « Maudit Temps De Chien » ou des choeurs sniffant le Clash sur « Né Pour Dormir ». L’harmonica de « C Trop Fort » nous rappelle aussi que Les Olivensteins  ont le Rhythm and Blues dans les  veines.

Les paroles signées par Eric Tandy – frère du chanteur Gilles Tandy-  font toujours mouche. Les financiers et leurs dérives y sont décrits dans « Le Rapace « et les fils de bourges  ne sont pas oubliés.

Les Olivensteins ont gagné en intemporalité sans pour autant s’être fossilisés – l’album aurait pu dater du milieu des 80’s – et reste un marqueur pour une génération de groupes Punk Rock tels que les Parabellum, Soucoupes Violentes, Thugs ou Wampas.

Mathieu