Les grands designers de pochettes de disque #3 :: Peter Saville

Après plusieurs mois d’insoutenable abscence notre série sur les grands designers de pochettes de disques revient avec ce nouvel épisode sur le très british Peter Saville.

Peter Saville, né le 9 octobre 1955 à Manchester, est un directeur artistique anglais.

Il doit d’abord sa notoriété pour le design novateur de pochettes de disque qu’il conçoit pour des artistes de la Factory Records, notamment pour Joy Division et New Order.

Influencé par un ami, Malcolm Garrett, qui avait commencé à dessiner pour les Buzzcocks, un groupe punk de Manchester, et par Pioneers of Modern Typography d’Herbert Spencer, Saville fut inspiré par Jan Tschichold, le principal propagandiste du mouvement New Typography. Selon Saville : « Malcolm avait une copie de Pioneers of Modern Typography. Le seul chapitre qu’il n’avait pas réinterprêté dans son propre travail était le cool et discipliné New Typography de Tschichold, et il me plut subtilement. J’y trouvai un parallèle dans la New Wave qui émergeait du Punk »

Saville mis les pieds dans le monde de la musique après une rencontre avec Tony Wilson, le journaliste et présentateur de télévision, lors d’un show de Patti Smith en 1978. Il en découla la commission par Wilson de la première affiche de Factory Records (FAC 1). Saville devint associé chez Factory Records avec Wilson, Rob Gretton et Alan Erasmus.

Le design de Saville pour le dernier album de Joy Division, Closer, sorti peu de temps après la mort d’Ian Curtis par suicide en mai 1980, fut controversé, de par sa dépiction qui évoque la mise au tombeau du Christ (en fait, une photographie du français Bernard Pierre Wolff que Saville connaissait bien, une deuxième image illustrera d’ailleurs le maxi 45 tours Love Will Tear Us Apart). Cependant, le choix artistique avait précédé la mort de Curtis, confirmé par le fait que le magazine New Musical Express avait accroché cette œuvre sur ses murs plusieurs mois auparavant.

La production de Saville pendant cette période inclut une réappropriation de l’art et du design. La critique de design Alice Twemlow écrivit : « …dans les années 1980… il allait directement ‘sortir’ une image d’un genre artistique — comme l’histoire de l’art — et la recontextualiser dans un autre. Une peinture de Fantin-Latour Roses combinée avec un alphabet codé devint une pochette d’album importante pour le disque de New Order Power, Corruption and Lies (1983), par exemple ».

Sébastien

Autres articles de la série

Les grands designers de pochettes de disque #1: Reid Miles & Francis Wolff pour Blue Note Records

Les grands designers de pochettes de disque #2 : Sadamitsu « S. Neil » Fujita pour Columbia Records