L’Eclair :: Sauropoda

Sorti l’année dernière chez Beyond Beyond is Beyond Records, Polymood avait fait forte impression chez Electrophone. L’Eclair nous avait touchés avec son groove polymorphe qui offrait une succession d’ambiances passant d’un son groove psyché à un son funk africain, avec une aisance déconcertante. Les Suisses reviennent aujourd’hui avec Sauropoda, un album au titre évocateur de beaux voyages sonores.
Par rapport à Polymood, le tracklisting est resserré  mais les compositions s’étirent. Le gang genevois persiste et signe voire même approfondit les expérimentations du précédent album. En effet, Sauropoda est le résultat de jam sessions effectuées après les concerts de la précédente tournée. On reste dans l’instrumental tout comme leur compatriote de Zaahnfleish. Mais à l’inverse d’eux, le krautrock n’est pas au rendez-vous. L’Eclair reste fidèle aux sons venant d’Afrique à tel point qu’ Endless Dave pourrait être le résultat d’une jam session avec William Eye Arbor. L’Eclair fait une nouvelle fois tonner un tempo discofunk à sa musique (Castor McDavid) et approfondit le genre en s’autorisant  quelques sons proto techno sur Suite II (ah la la ce son de clavier qui rappelle celui du tube Popcorn). Avec Still Steeve et Parapluie Bulgare, les morceaux qui ouvrent et ferment Sauropoda, L’Eclair tente quelques incursions jazz funk qui ne déplairaient pas du tout aux amateurs de cosmic funk de Lonnie Liston Smith. Doit-on voir en ces morceaux une vision d’un nouveau monde pour L’Eclair ? On l’espère vivement.

Damien