Le Seul Element :: Demon

L’identité de Le Seul Element reste encore à identifier. On sait que son pseudo est Bat et qu’il joue aussi dans Loth. Sur les quelques photos que l’on connaît de lui, il apparaît toujours en contre-jour comme une ombre abstraite sans origine. Une image maîtrisée qui représente assez bien ce Demon qui, sorti initialement en cd chez Cleopatra Records, vient d’être réédité en vinyle dans une version plus courte chez Specific Recordings.
La musique de Le Seul Element échappe à toute classification. Ranger cet album dans une ou plusieurs cases est une cause perdue. C’est un univers à part entière et s’il fallait vraiment se casser la tête pour la définir, on pourrait dire que c’est un mélange de piano contemporain, de drone noise, de dark wave et de post-rock. Mais on ne peut pas savoir ce qu’est Le Seul Elément sans l’avoir écouté auparavant.
Demon ne demande qu’une seule chose : un lâcher prise, une immersion volontaire. Depuis l’inaugurale Gin Pleos et son successeur Meradiam, la musique de Le Seul Elément est une histoire de ressentit et sa définition est différente selon celui ou celle qui osera s’aventurer dans ce monde particulier.
Comme toujours avec le messin, ses compositions sont des multiples miroirs qui nous renvoient les reflets de nous-même. Par on ne sait quel procédé, à chaque fois, il parvient à ce que l’on s’approprie sa musique pour en faire notre propre monde. Et autant vous dire que ce n’est pas « Miroir mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle ? » que l’on entend ici, mais plutôt « Miroir mon beau miroir, montre-moi ce qui est sombre en moi ? ». C’est la face (cachée) la plus sombre de nous-même que Bat fait ressortir. « Rien N’Est Beau Comme On L’Imagine » comme nous le fait remarquer le messin. La vérité sort de la musique de Le Seul Elément. À vous de trouver la vôtre en vous plongeant dans ce Demon aussi beau que troublant.

Damien