Le Prince Harry « On fait de la Zip-Pop »

En avril dernier, Le Prince Harry était de passage au Supersonic à Paris, et on en avait profité pour leur poser quelques questions. L’enregistrement ayant mystérieusement disparu (si, si c’est vrai on ne sait pas ce qu’il s’est passé), ils ont gentiment accepté de recommencer le 29 septembre dernier au Magasin 4 à Bruxelles…
On s’est bien marré (mais ça tu t’en rendras peut-être pas vraiment compte…) et on les remercie…

PS : spéciale dédicace à Sébastien Marchal qui a prétendu un jour que son chien avait mangé son devoir…

Elissa : Vous étiez donc à Amsterdam hier soir

Lio : On était complètement à Amsterdam et c’était super !

Snon : On n’a pas beaucoup dormi

Lio : Mais si !

Snon : Ben on a dormi un peu cet après-midi

Lio : Plus que la première fois où on y est allé et là on n’avait pas du tout dormi…enfin très peu…là on a joué en dehors de la ville et c’était super…une sorte de Courtepaille du rock’n’roll (rires)

Lio : Si c’est vrai ! Il y a un zoo au milieu, des petits arbres secs et ils ont leur petit truc de rockeurs, tu bois de la bière, tu danses et voilà c’était super…

Elissa : Cool !

Lio : Oui, oui, ils sont très gentils, on aime beaucoup aller là-bas !

Vanessa : Vous avez aussi joué en Allemagne il y a deux semaines de ça. Vous jouez des nouveaux  morceaux sur scène maintenant ?

Lio : Ouais

Snon : Non, pas encore, enfin on en joue deux

Elissa : Ce serait bien que vous soyez d’accord !

Vanessa : Des morceaux qui vont sortir bientôt quoi…

Lio : Alors du prochain disque il y en a deux mais on les a déjà joués avant, c’est pas la première fois qu’on les joue aujourd’hui.

Snon : Mais on les avait pas joués à Paris, je crois.

Vanessa : Non, on vous avait posé la question et vous aviez joué un morceau à la Réunion si je ne me trompe pas et à Paris il n’y avait rien eu.

Lio : Ouais c’est ça. Et depuis on en a fait dix pour ce beau disque qui doit sortir on ne sait pas quand, mais qu’on va masteriser à Paris.

Elissa : Ah ok, ça approche tout doucement.

Snon : Ouais, ouais, c’est presque fini là. On a bossé beaucoup, beaucoup cet été et on est content que ce soit fini.

Elissa : Oui, vous étiez en résidence, je ne sais plus où d’ailleurs ?

Snon : C’est ça, on fait ça partout.

Lio : Chez nous comme on vit au-dessus de notre studio, ensuite on a été à la Réunion. Mais on n’a pas gardé les prises pour le disque. Enfin, on a composé là-bas. Puis on a enregistré en Suède et on a composé à Paris aussi chez Frustration qui nous ont très généreusement prêté leur local.

Vanessa : Concernant les étiquettes qu’on vous colle, on a vu passer synth-punk mais également lu ailleurs « metal-pop », « front-wave », et même « weird garage wave »…et vous ? Vous vous décririez comment ?

Snon : En fait on fait de la « Zip-Pop »

Elissa, Vanessa : De la « Zip-Pop »?

Lio : Tout à fait, de la « Zip-Pop », c’est notre nouveau style.

Snon : C’est un mot qui a été inventé par un douanier. « C’est quoi le nom du groupe ? », « Le Prince Harry », « Et vous faites quoi comme musique ? », « Du synth-punk », «  De la Zip-Pop, qu’est ce que c’est ? »…et comme c’est quand même un douanier qui te regarde dans les yeux, il faut quand même rester sérieux…et comme ça nous a fait rire, maintenant on fait de la Zip-Pop.

Lio : Sinon « metal-pop » c’est arrivé une fois, on n’a jamais trop compris pourquoi. « Front-wave » j’ai jamais vu un autre groupe qui avait ce truc, mais je m’en souviens, ça nous avait un peu fait rigoler. Synth-punk, ouais, mais c’est plus souvent des groupes avec des batteries qui sont taxés de synth-punk. Et nous, on avait un batteur au tout début, enfin pour une bonne moitié de l’existence du groupe, Gérald, mais il est parti. Il est parti tout seul, on l’a pas foutu dehors.

Vanessa : Il y avait aussi un autre bassiste au début ?

Snon : Oui, Ben. Mais je suis arrivé avant que Gérald ne s’en aille. Mais electro-synth-punk c’est ce qui nous colle peut-être le mieux.

Lio : Non, maintenant ce sera « Zip-pop » à tout jamais !

Vanessa : Et la composition du groupe, un nouveau batteur ? On l’avait évoqué la dernière fois…

Lio : Un nouveau batteur, non, non, non…c’est vrai qu’on y avait pensé à un moment, mais en fait, non

Snon : On est open à plein de choses en fait, surtout en studio. On essaie plein de synthé, plein d’instruments, plein de trucs et on s’était dit pourquoi pas. Il y a des morceaux qui pourraient vraiment marcher avec un batteur, mais ça marche bien comme ça tous les deux.

Vanessa : Oui, il y a une complicité qui est évidente sur scène

Lio : Oui, tout à fait. C’est vrai que si on avait quelqu’un d’autre, il/elle se sentirait peut-être exclu.e. Mais oui, on y a déjà pensé mais c’est pas…on n’a rien contre l’idée d’une troisième personne, mais on n’a personne en tête…il faudrait qu’on trouve un.e super guitariste ou claviériste ou batteur.se…mais bon on s’en sort très bien tous les deux.

Elissa : Bon après la batterie c’est un peu plus chiant sur scène au niveau de la logistique…

Lio: C’est l’enfer…je déteste ça…il y a un batteur qui est très bien, c’est le batteur de Komplikations, je l’aime, c’est mon pote et il est super. Le batteur de Tache aussi, je l’aime bien, par contre il joue trop fort…je ne sais pas pourquoi les batteurs ont besoin de se venger de la cruauté du monde en tabassant les cymbales et en te rendant sourd tout le temps…et comme ils ne jouent pas chez eux, en repet, ils jouent tout le temps ! Tu parles, ils jouent, t’arrêtes de jouer, ils jouent quand même…et ils tapent de toute leur force…Après tu t’entends pas chanter, t’entends pas ce que tu joues…on les déteste !!!

Quelques digressions plus tard…

Lio: Les projets annexes…

Vanessa : Oui, on en parlait avec Komplikations juste avant

Lio: Exactement, je joue dans un autre groupe qui s’appelle Komplikations et je fais du synthé et c’est un trio synth-punk, un tiers allemand, deux tiers belge. On joue pas mal aussi, même si moins qu’avant. C’est super et on va aussi sortir un album bientôt. Et j’ai aussi un autre groupe de  punk rock qui s’appelle Tache, mais on ne joue pas très souvent.

Snon : Lio fait un délicieux couscous aussi. Il a une super recette.

Vanessa : En plus du curry ?

Snon : Il y a le curry mais aussi le couscous qui est super

Lio : Je fais de l’aïkido aussi, le lundi et parfois j’y vais aussi le jeudi aussi. Cette année normalement, je dois passer mon 1er dan, si je m’applique bien.

Snon : C’est bien mon bonhomme !

Lio : Ça me détend, tu vois au lieu de taper sur une batterie, je tape des gens ! Puis je dors aussi, pour récupérer du weekend, j’aime beaucoup faire la fête, j’adore ça voilà…

Snon : Mais c’est pas des projets ça !

Lio : Ça rentre dans mes projets de vie…sinon dans mes projets de vie, il faut aussi vraiment que je range ma chambre…

Snon : Oui s’il te plaît !

Elissa : Et toi, tu cuisines ?

Snon : Euh…très peu…des pâtes et j’aime bien aller chercher des pizzas. C’est notre truc du

dimanche quand on rentre de tournée, on fait des pâtes.

Lio : C’est un peu notre tradition

Elissa : Des pâtes à quoi ?

Snon : Des « patatra »

(Applaudissement général)

Snon : Je suis désolé !

Lio : Là vraiment il nous faudrait un batteur pour te taper !

Snon : Sinon moi à côté, je suis ingé son pour des groupes tel Experimental Tropic Blues Band, de Liège aussi. Je joue un peu avec Showstar, un autre groupe de Liège mais qui joue très peu. On a aussi enregistré à Sprimont chez nous cette année. Puis je bosse avec d’autres groupes comme The Guilt, un groupe suédois. Le groupe de la fille qui chante sur notre disque précédent (Emma Wahlgren)

Vanessa : Et qui vous rejoint sur scène de temps en temps

Lio : Oui c’est ça

Vanessa : Sinon, les arts martiaux ?

Lio : Non, lui c’est les jeux videos…

Snon : Oui, j’ai même construit une mini borne d’arcade et je prends toujours mon Game Boy en tournée.

Lio : Il est où ?

Snon : Mais deux jours c’est pas une tournée !

Lio : Ah d’accord…

Elissa : Il est dur avec toi je trouve

Snon : Non il est juste con ! Mais ça cache quelque chose…c’est juste un appel à l’amour…c’est comme ça qu’il me montre son amour, en étant dur et méchant !

Lio : Question suivante, le rêve absolu du Prince ?

(Il faut savoir que comme Le Prince Harry sont de grands garçons, ils lisent les questions

eux-mêmes)

Vanessa : Oui, alors attends, il y a un autre papier qui va avec cette question…dans une ancienne interview on vous avait posé cette question, donc depuis est-ce que quelque chose a changé ?

« Quel serait le rêve absolu du Prince ? 

Je crois que ça dépend de chacun des membres. Pour ma part, ce qui m’intéresse dans un groupe de musique, c’est la musique (avant les bières gratos, les tournées avec les potes, le mode de vie alternatif, les photos de poseurs etc…) donc, je voudrais vraiment un jour composer un tube à l’égal de No Tears de Tuxedomoon, de Bloody belgium des Kids, de I Can’t Live In A Living Room de Red Zebra, de Suicide Commando de No More, ces morceaux, tu en entends 10 secondes, c’est gravé à jamais dans ta mémoire. C’est presque magique, mystique ou je sais pas quoi. Mais bon, c’est peu probable, mais c’est mon rêve absolu, après je pourrais me faire écraser par le 4 rue Gretry, c’est bon. » (Shoot Me Again, 21 juin 2012)

Lio : Oui, non, non, tout à fait…enfin grosso modo, mon rêve absolu à moi, pour ma part, c’est de faire un tube…un tube quoi…

Elissa : De dentifrice, tout ça ?

Snon : Ça c’est digne du « patatra » !

Elissa : Non mais je suis très forte pour ça ! Très très forte pour ça !

Lio : Après je pense qu’on a plus ou moins réussi à faire de « Chemistry » un bon morceau dont tout le monde se souvient, qui marche très bien, qui voilà, mais pas encore…

 

 

Snon : Mais justement en parlant du nouveau disque, je pense que dessus il y en a 2-3 qui ressortent pas mal

Lio : Nan mais il n’y en a pas qui ressortent

Snon : On n’a pas encore assez de recul dessus, moi je suis content de ce disque

Lio : Non mais je trouve que le disque est mieux que les autres, il est différent, un peu plus dark, plus posé et tout ça…mais n’empêche il n’y a pas de sorte de tube instantané. On n’en a pas fait, pas cette fois ci.

Snon : C’est plus subtil

Lio : Oui c’est plus subtil, mais oui le rêve ultime de la vie ce serait un tube

Vanessa : Pour en revenir à « Chemistry », le morceau est apparu en premier avec « Electric Eye » sur le spilt lp avec Duchess Says en 2015. Comment ils se sont retrouvés sur « Synthetic Love » ? Parce qu’ils pouvaient être améliorés ? Parce qu’il n’y avait pas assez de morceaux pour l’album ?

Lio : Parce qu’on manquait de tubes !

Snon : Non pour plusieurs raisons en fait. Pour deux raisons je pense. Quand on a fait le split avec Duchess Says, après on a écouté leur album et ils ont recyclé deux des titres du split pour mettre sur l’album, ce qu’on ne pensait pas du tout faire, puis on s’est dire « Mais on vas faire pareil ! ».
La raison de plus c’est que sur la version du split, il y avait toujours le batteur et sur l’album c’est juste nous deux avec les machines, donc c’est deux versions différentes. Moi je trouvais ça important de refaire les morceaux comme on est là.

Petite intervention d’Alek de The Glücks qui encourage vivement tout le monde à aller les voir en concert et à les écouter

Alek : C’est des bons potes, on les croise de temps en temps.

Lio : Donc continuons, et toi Alain, quel est ton rêve absolu ? Dans le groupe, hein ! Tourner au Canada ? T’aimerais bien tourner au Canada ?

Snon : Ouais mais je sais pas trop si ça va arriver…

Lio : Je me demande aussi…

Snon : Hahaha

Lio : Non mais en fait, on part au Canada dans 2-3 semaines.

Snon : On l’a pas encore annoncé, on va faire ça la semaine prochaine

Elissa : C’est It It Anita qui a tourné là-bas récemment.

Snon : Oui exactement et ils ont d’ailleurs enregistré chez nous la semaine dernière.

Lio : Oui dimanche, quand on est rentré après avoir joué à ce festival à Munster, peuplé de gothiques allemands. Donc oui quand on est rentré il y avait It It Anita qui était avec Lysistrata chez nous.

Vanessa : Ah ouais vous filez vos clés comme ça ?

Lio : Ben ouais, c’est un petit moulin, le petit moulin de l’amour

Elissa : Oh c’est beau…On vient de mentionner It It Anita qui sont également de Liège. Qu’est ce qu’il y aurait à dire sur la scène liégeoise qui est d’ailleurs plutôt récente ?

Lio : En fait on est très peu à Liège. Mais il y a…

Snon : Nos amis de Cocaïne Piss par exemple, un super groupe. Tout ce qu’il se passe à La Zone, c’est aussi des potes là-bas. Le Kultura, c’est une autre salle où il y a plein de trucs aussi. Le label Jaune Orange.

Elissa : Oui, avec le mec d’Hollywood Porn Stars aussi, non?

Snon : Anthony ? Dans Jaune Orange? Non, plus maintenant. C’est plus les mecs de Dan San ou de The K. Sébastien, avec qui j’ai un joué l’an passé.

Elissa : The K. Ça c’est un putain de groupe ! Ils vont d’ailleurs sortir un nouveau truc bientôt.

Snon : Sinon il y a quoi d’autre à Liège, ben il y a plein de trucs. Il y a le Micro Festival qui est vraiment un super festival

Lio : Il y a aussi des chouettes squats. Il y a des trucs punks aussi. Il y a pas de groupes très très marquants mais il y a des organisations qui sont super actives. Dans le hip-hop il y a des trucs aussi, mais je m’y connais un peu moins. Après, on n’y est jamais. On est souvent parti le weekend avec Le Prince Harry ou Komplikations. Je suis né dans cette ville mais j’essaie de y être le moins possible. Je préfère Bruxelles, ou Paris. Voilà, mais il s’y passe des choses.

Elissa : D’accord

Vanessa : Je répète régulièrement à qui veut m’entendre que Le Prince Harry va sauver le monde. Qu’est ce que vous en pensez ?

Lio : Est-ce qu’on va sauver le monde…ben écoute, non ! On va déjà essayer de se sauver nous-même, ce qui n’est déjà pas facile. Objectivement, non, c’est pas ce qu’on essaie de faire et on est plutôt pessimiste ces temps-ci…

Vanessa : Donc, non, vous n’allez pas vous sauver vous-mêmes ou non, vous n’allez pas sauver le monde ?

Lio : Oui, ben…

Elissa, Vanessa : Hahaha

Snon : Peut-être pas avec le groupe !

Lio : Pas tout de suite là maintenant, va falloir attendre qu’on se réveille un peu ! Mais après le concert on sera plus en mode sauvetage ! Mais non, on n’a pas la prétention de sauver le monde. A un moment, oui, quand on était jeune et qu’on s’imaginait que les choses allaient s’améliorer et qu’on pouvait changer quelque chose…mais là franchement…donc voilà…sauvez vous vous-mêmes, courez courez les enfants courez !

Vanessa : Ok, on arrive presque à la fin. Vous n’avez jamais eu de problème avec votre homologue ?

Snon : Non, on reçoit juste beaucoup de mails en fait. Des demandes d’argent, pour les études par exemple…

Elissa : On vous a aussi beaucoup souhaité un beau mariage

Lio : Puis on a eu aussi souvent de mails qui commence par « Cher Majesté » par exemple, « je conçois tel projet…blablabla…salutations à la famille ». On pensait mettre ça dans le projet disque parce qu’on en a pas mal. Donc oui, on n’a jamais eu de problème avec lui, mais on s’imagine bien que le MI5 doit être vivement au courant de l’existence de notre groupe et avoir un fichier, un dossier sur nous quelque part.

Snon : On avait aussi reçu des photos pour Miss Côte d’Ivoire

Lio : C’est sûr que leprinceharry.BE c’est plus logique qu’une adresse gmail.com !

Snon : « Oh ça existe ! C’est sûrement lui! »

Vanessa : Et jouer au UK ça vous tente pas ? Vous n’y avez jamais été si je me trompe pas.

Lio : Non effectivement, mais on a rencontré Gertrude Stein à Munster, au festival gothique allemand et bref elle vit à Londres et aimerait nous y faire jouer. Et donc pourquoi pas, ouais. Mais après je sais que c’est difficile, niveau thune, tout ça c’est l’enfer. Il y a pas de bière, t’es mal payé, pas logé…

Elissa : Ah ouais ?

Lio : Ouais il paraît…mais bon après pour l’expérience..oui

Snon : Tu pourras y aller sans moi si tu veux !

Lio : Sinon on envoie Ben, notre premier bassiste

Snon : Ah ouais Ben et Gerald

Lio : C’est ça, on envoie l’équipe B ! « Ecoutez les mecs, on est un peu dans la merde, on a deux concerts en même temps. Vous vous souvenez un petit peu des morceaux, plus ou moins ? Ben, tu sais chanter ? Non ? C’est pas grave! »

Elissa : Ça peut le faire !

Lio : Oui Le Prince Harry et LPH

Elissa : Oui enfin, PH ça veut Praticien Hospitalier normalement ! Pour finir, la shame song ? J’aime bien cette question !

Lio : La shame song…euh…alors un morceau que j’écoutais quand j’étais petit chez mes parents, c’était « Tout doucement » de Bibi, un très beau morceau sur la rupture et encore parfois quand je suis triste je l’écoute et j’aime vraiment bien ce morceau. Toi aussi t’as un morceau que t’aimes mais que t’écoutes en secret ?

Snon : Non…j’en ai pas honte quoi…c’est « Hooked on a feeling », la reprise de David Hasselhoff, mais c’est super quoi !

Elissa : De quoi ?

Snon : Hooked on a feeling

Lio : Mais sinon il y a pas ce truc de tee-shirt que t’écoutes aussi ? Limp Bizkit, mais ça c’est la honte quand même !

Snon : Ah non j’aime plus maintenant mais j’aimais quand j’étais jeune

Lio : Mais si t’écoutes maintenant ça va te faire quelque chose quand même ?

Snon : Ben ouais la honte !

Lio : Ben voilà justement

Elissa : Le problème des shame songs, c’est que quand elles sont trop shame, limite ça devient cool en fait…

Lio : Non mais ça c’est pas cool !

Elissa : Oui mais David Hasselhoff ça pourrait l’être !

Vanessa : Et voilà qui conclut cette interview

Snon : Moi je vais aller manger

Lio : Il a faim, il a faim !

Ben, ingé son au Magasin 4 nous rejoint

Vanessa : Bonjour Ben !

Ben : Salut !

Vanessa : Donc tu travailles ici ?

Ben : Alors je suis bénévole au Magasin 4, ça va faire 9 ans et je suis aussi administrateur. On a un mode de fonctionnement un peu particulier comme on est tous bénévole et on est en collectif. Je coordonne, mais il n’y a pas de chef. Et on fonctionne par faisceau de compétence en fait. Il y a une équipe son, une équipe live, une équipe bar etc…on fait des réunions tous les mois. Pour la prog, on doit être au moins à deux d’accord avec l’équipe de prog. Il y en a qui s’y connaisse hyper bien en punk, d’autre en noise-rock, en métal…après on consultée les gens, on regarde et on essaie de trouver un accord avec les groupes au niveau des cachets. Mais ça va assez vite en général, on peut booker des groupes en un ou deux jours

Lio : Ah oui ?

Ben : Oui, une fois qu’on a envie d’un groupe, on fait le nécessaire. Après il y’a beaucoup l’aspect financier comme on essaie de garder les prix bas. Aujourd’hui c’est gratuit mais normalement les concerts sont à 8/10€.

Lio : C’est subventionné aujourd’hui ?

Ben : On a un contrat programme depuis cette année-ci comme on est reconnu par le Ministère de la Culture. Bon il y’a tout de même certaines conditions à remplir en terme de résidence d’artistes et de nombre de groupes francophones belges qui jouent ici.

Lio : Mais vous avez aussi été menacés de fermeture ?

Ben : Alors on va être détruit en décembre 2019 et normalement on va réouvrir en 2020 on espère…

Vanessa : Où ça ? Vous serez au même endroit ?

Ben : A 100 mètres d’ici. On a eu beaucoup de soutien de la ville de Bruxelles.

Vanessa : Et la fermeture est due à quoi ? La sécurité ? Comme en France où de plus en plus de salles ferment ?

Ben : Ici c’est juste de la gentrification en fait. Ils vont tout raser et faire un grand parc. Curieusement ils nous disent dans 3 ans mais nous on pense que ce sera plutôt 10 ans. Ils vont reconstruire des nouveaux bâtiments ici au bout et on aura un nouveau bâtiment pour nous. Donc on partirait pour quelques années dans un autre endroit puis on reviendrait ici.

Vanessa : Ok..et au niveau des bénévoles vous êtes combien ?

Ben : On est une centaine, avec des plus actifs et d’autres moins.

Vanessa : Et comme vous êtes tous bénévoles, toi par exemple tu fais combien de concerts par mois ?

Ben : Alors moi c’est un peu particulier parce qu’on était plusieurs à faire mon travail qui est la production. Mais là pour l’instant les gens ne sont pas dispo donc le mois qui vient de passer j’ai fait toutes les dates. Mais je ne fais pas les fermetures, donc ça va. En octobre et novembre, il y a un peu de relai donc on m’enlève deux dates mais ça reste tragique, parce que voilà c’est du bénévolat et ça reste fragile. Après c’est cool il n’y a pas de boss, on s’arrange entre nous.

Elissa : Ouais ça doit être sympa ça

Ben : Les gens participent, les gens s’impliquent, ils prennent des initiatives, comme les vinyls en vente, la déco, les flyers

Elissa : Oui j’ai vu les affiches, elles sont magnifiques

Ben : Oui là c’était pour les 20 ans mais parfois les flyers sont tellement beaux qu’on en sort genre une trentaine de sérigraphiés. Et elles partent vite. Voilà, je vais devoir retourner dans la salle pour voir que tout se passe bien.

Vanessa : Merci beaucoup Ben !

Elissa : Et ben c’est très bien tout est bien qui fini bien !

Lio : Ce sera donc la conclusion de cette interview !

Elissa : Bravo !

Vanessa : Merci !

Et clapclapclap…

Propos recueillis par Elissa et Vanessa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.