LB GooDsoN :: LB GooDsoN

Sans  même avoir le temps d’examiner la belle photo de la pochette signée Walter Silver, le saphir caresse le vinyle 33t de LB Goodson, qu’immédiatement on se laisse surprendre par l’exquise sensation de retrouver un vieil ami. Ces guitares, cette voix, l’imparable rythmique et le mode de compostions nous ramènent à la belle époque du shoegazing et/ou du pop punk lorsque les mélodies ont autant d’importance que l’énergie.
Derrière LB Goodson on retrouve Lionel Beuque , chanteur et compositeur de Welcome To Julian ( 1989-1997), groupe noisy pop originaire de Besançon qui durant les 90’s formait le peloton de tête avec les Little Rabbits et Diabologum. A la séparation du groupe, Lionel retourna dans sa région natale et ne fit plus vraiment parler de lui, au delà du périmètre local.
C’est donc une belle surprise que de le voir débouler avec  cet album comportant 10 chansons. Des les premiers titres -‘Casanova’ et ‘She’s On The Way’- on constate que LB n’a pas renié ses amours de jeunesse. Les guitares ont toujours cette finesse tonitruante et ce son caractéristique, pendant que le chant plus en retenu nous ramène autant aux Strokes qu’aux Teenage Fanclub.
Impressionnant, ‘Wish I’d Burn In Berlin’ revêt des habits plus pop, aidé par un clavier mélancolique sur une rythmique emballante.
Les distorsions ne sont pas oubliées sur ‘Sunshine 25′, laissant croire que les frères Reid ont élu domicile en Franche-Comté. Brouillant les pistes, le groupe manie la retenue et le mur du son avec brio – ‘The Meaning’ – pour mieux aborder une atmosphère hypnotique sur l’excellent ‘Baby Better Days’.
Le retour de Lionel Beuque fait plaisir d’autant qu’il qui n’a pas perdu son sens aiguë de  la pop qui envoie.  Well done.

Mathieu M

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.