Kas Product, toujours jeune et toujours froid

© Damien Boyer

Nancy la belle endormie. Une des dernières grandes villes de l’Est de la France coincée entre un château d’un ex-roi de Pologne en exil forcé et une sidérurgie qui rend son dernier souffle. À une certaine époque, la jeunesse nancéienne n’avait pour seul horizon qu’une Ligne Maginot ressemblant plus à une champignonnière qu’à un ouvrage de défense contre un ennemi imaginaire. Jusqu’à la fin des années 70, Nancy était un désert musical dont sa seule gloire était d’avoir enfanté le premier magazine musical français (Disco Revue) et un fils de marchand de chaussures dont le seul souhait était qu’on l’embrasse comme on l’aime. (RIP C. Jérôme).

Tout ceci change un beau soir de 1978, mais personne ne le sait encore. Daniel invite Mona dans sa cave pour faire un bœuf entre copains. Mona joue du folk façon Neil Young et, celui qui se nommera plus tard Spatz, l’accompagne aux synthés. « C’est bien mais je n’aime pas trop » avance l’ex infirmier en psychiatrie. Et pourtant, quelque chose se passe entre eux. L’idée de monter un groupe naît en 1980. Kas Product en sera le nom. Kas, en hommage à un tableau expressionniste allemand et le mot Product est trouvé sur l’ampli Vox de Mona. Des jam-sessions se suivent jusqu’à la parution d’un premier 45t pressé à 1000 exemplaires grâce à la participation du disquaire Punk Records qui décide de monter pour l’occasion un label. La machine s’emballe avec une première chronique dans le magazine anglais Sounds. Kas Product organise son premier concert avec This Heat comme tête d’affiche. On n’est jamais mieux servi que par soi-même et bien leur en a pris. Tout va très vite. Le second 45t « Mind » sort dans la foulée et emballe les critiques hexagonaux dont Rock & Folk qui permet au manager de Marquis de Sade de faire connaissance avec le duo. S’ensuit une tournée commune avec les Rennais à partir de mars 1981 juste avant l’enregistrement du premier album.

La suite tout le monde la connaît. Kas Product sort trois albums emblématiques d’une génération dévouée au synthétisme des claviers new-wave. « Try Out », « By Pass » et à moindre mesure « Ego Eye » sont les portes étendards d’une jeunesse froide oscillant entre l’underground des Nancéiens et la variété des pilleurs de pochette que sont Eurythmics (Dave Stewart reprend à son compte l’idée de pochette destinée au single « Loony-Bin » pour l’album Be Yourself Tonight). So Young But So Cold.

L’influence de Kas Product sur les générations suivantes n’a jamais fléchi. La preuve, MoreOver (sous division du label Ici d’Ailleurs) réédite magistralement les deux premiers albums. Albums déjà réédités en 1995 et 2004 mais cette fois-ci, Ici d’Ailleurs a eu l’intelligence d’y intégrer les différents EP désormais introuvables. Deux rééditions qui arrivent au bon moment pour remettre les pendules à l’heure et montre encore une fois que Kas Product reste et restera toujours culte.

Damien